Détails

Date de sortie FR

17 avril 2024

Date de sortie BE

24 avril 2024

Date de sortie US

12 avril 2024

Budget

50 M$

Recette mondiale

121.7 M$
Sources
Plus d'infos

Synopsis

Dans un futur proche où les États-Unis sont au bord de l'effondrement et où des journalistes embarqués courent pour raconter la plus grande histoire de leur vie : La fin de l'Amérique telle que nous la connaissons.

DystopieGuerre

505 membres ont vu ce film

188 membres veulent voir ce film

Commentaires (11)

  • avatar Lostounet
    16 / 20Le 16 Avril 2024 à 18:21Lostounet

    Un film de guerre immersif et renversant qui explore l'éthique du journalisme de guerre et le spectacle du conflit, tout en remettant en cause l'exceptionnalisme américain.

    Le choix de Garland d'omettre le contexte historique force le film vers une universalité fascinante. Les États-Unis deviennent une zone de guerre familière mais banale, reflétant d'innombrables autres conflits au lieu de glorifier le leur. Ce choix audacieux divisera certainement le public, mais son objectif est clair.

    Les performances sont exceptionnelles. Kirsten Dunst livre la meilleure prestation de sa carrière en incarnant Lee, la photographe de guerre hantée par ses expériences. Son silence expressif contraste fortement avec l'énergie frénétique de Wagner Moura dans le rôle du fougueux Joel. L'interrogation du film sur leurs choix journalistiques, ainsi que le jeu mesuré de Stephen McKinley Henderson, laissent un impact profond.

    "Guerre Civile" est indéniablement sombre. Son refus de céder à un triomphalisme facile renforce un message anti-guerre brutal. L'esthétique du film, les performances et l'ambiguïté garantissent qu'il vous restera longtemps en mémoire, incitant les spectateurs à examiner leur propre complicité au sein de la machine de reportage de guerre. Il n'offre peut-être pas de réponses confortables, mais c'est une œuvre magistrale et troublante qui exige une réflexion approfondie.

  • avatar M_atmat
    15 / 20Le 18 Avril 2024 à 17:21M_atmat

    Un film de haute intensité sur les reporters de guerre dans une Amérique complètement déchirée qui est à voir au cinéma !!
    Le point de vue adopté qui est celui des photographes de guerre est une excellente idée ! On y voit tout au long du film, l'adrénaline qui les pousse et les dangerosités auxquelles ils s'exposent en permanence pour prendre les meilleurs clichés possibles !
    Malgré une légère overdose de musique joyeuse, pour montrer le coté décalé de ce qui doit se passer dans la tête d'un reporter à coté de la vue des atrocités commises (des silences à certains moments ou le son originel auraient pu être plus pertinents), on a des plans à vous faire frissonner ! Celui de la fosse est la plus marquante par son atrocité mais je tiens à souligner la présence des photos qui nous font retenir notre souffle notamment dans la scène finale est exceptionnelle !
    Concernant le scénario, il est plutôt basique, on repart sur une guerre de sécession version moderne finalement, mais j'aurais aimé un peu plus de background parce qu'on nous plonge directement dans l'histoire sans trop savoir pourquoi les Etats-Unis sont dans cet état de chaos total et cela peut nous perdre un peu !
    Pareil pour les personnages, il manque un petit peu de contexte pour chacun d'entre eux mais par contre, les trajectoires des héros sont très intéressantes car on comprend petit à petit ce qui les motive à partir au front. Leur développement est d'ailleurs incroyablement complémentaires entre Lee et Jessie ! Mention spéciale à Kirsten Dunst qui maitrise son sujet !
    Alors, si vous voulez de l'action et une belle réflexion sur le travail de journaliste foncez ! Et si vous avez la chance de le voir au cinéma c'est encore mieux !

  • avatar nicofromtheblock
    11 / 20Le 18 Avril 2024 à 21:24nicofromtheblock

    Déception. Le film s'appelle "Civil war" alors que le contexte de la guerre civile est complètement balayé sous le tapis pour se consacrer uniquement à suivre une équipe de photojournalistes en temps de guerre. Du coup, l'approche qui aurait pu être originale devient totalement lambda : ça se passerait en Ukraine, on aurait exactement la même chose ...

    Alors, le film est réussi visuellement et la tension fonctionne bien mais ça manque vraiment d'originalité. Si on a vu "Harrison's flower", "Eyes of war" ou "Camille", le film ne fait que nous livrer le même constat à la sauce américaine.

  • avatar Magemo Hashashin
    13 / 20Le 21 Avril 2024 à 00:50Magemo Hashashin

    je trouve que le film souffre du manque de contextualisation. Hormis une composition réussie dont on sait Garland capable difficile d'être impliqué dans ces situations où tout le monde se fou de tout

  • avatar FaceDeCraie
    17 / 20Le 24 Avril 2024 à 12:26FaceDeCraie

    Le 1er pitch du nouveau Garland m'était apparu comme une idée de génie. Pourquoi, alors que les Etats Unis nous apparaissent plus fracturés que jamais, personne n'avait pensé à convoquer le spectre de la Civil War pour parler de la situation actuelle ?
    Chose est désormais faite, et pas avec le dos de la cuillère. Le film est d'une violence folle sans être jamais gratuite et n'épargne rien tant aux spectateurs qu'à ses personnages. Un coup de pied dans la fourmilière qui semble fonctionner outre atlantique tant les avis divergent et semblent énerver une altright vindicative qui se sent secouée par le message anti guerre imparable. Stratégie payante puisque le film est premier au box office US pour le second week end consécutif.

    Je trouve louable le manque total de contextualisation. Aucun risque de prendre un parti, puisqu'on ne nous donne pas l'opportunité de le faire. Rien que l'identité des Etats sécessionniste (Texas + Californie) brouille pas mal les pistes.
    Cette absence permet aussi d'universaliser le propos. Rajouté au sentiment qu'on assiste plus à de l'anticipation que du fantastique, ça ne rend le film que plus effrayant.
    Plus que de guerre, Civil War parle avant tout de journalisme. Du pouvoir des images, qui hantent la personnage principale mais aussi de l'aspect protecteur de la caméra. Derrière son objectif, l'impériale Kirsten Dunst se sent intouchable et peut témoigner au mieux des atrocités qu'elle voit. Ce n'est [spoiler] qu'à la mort de Sammy, mort qu'elle vit de front et sans caméra [/spoiler] que cet aspect est remis en question. Et ça ne rend que le dernier acte plus intéressant [spoiler] car le film nous donne enfin ce qu'on attendait : des scènes d'actions, dans la capitale américaine avec une fuite vers l'avant pour tuer le président. Mais la volonté n'y est plus pour Lee, terrorisée par la prise de conscience qu'elle a de sa mort imminente. [/spoiler]
    La recherche du bon cliché, faisant totalement abstraction de toute moralité donne une grande nuance aux personnages. Leur travail est à la fois nécessaire et à la fois abject, à l'image de la scène du carwash [spoiler] qui hante Jessie par la suite. Mise devant la décision de vie ou de mort de prisonniers, elle regrette son impossibilité ET de prendre la photo ET d'avoir choisi ou non d'abattre les homes. [/spoiler]. Ils vivent dans une totale dissonance, soulignée par la réalisation qui n'hésite pas à plaquer de la musique guillerette sur des scènes terribles [spoiler] comme dans la forêt en feu [/spoiler] ou bien à carrément antagoniser certains personnages pour souligner l'ambiguïté des journalistes dans un conflit.


    Tout est très bien joué, le quatuor principal fonctionne parfaitement ensemble et permet des scènes fortes. On peut quand même critiquer le côté ils roulent / se battent / puis roulent un peu / se font tirer dessus / reprennent la route un moment… ainsi que certaines facilités scénaristique vraiment dommages.

    La réalisation est exceptionnelle, permettant de mettre en place une tension terrifiante de bout en bout. C'est simple, les personnages peuvent se prendre une balle à chaque instant. En s'appuyant sur des scènes fortes [spoiler] (la fosse commune, la partie sur Winter Wonderland ou bien l'assaut final) [/spoiler] , Garland nous fait vivre les rushs d'adrénaline à laquelle sont accros les personnages que l'on suit.

    On a envie que ça s'arrête, mais on en reprendrait bien un petit peu aussi. En développant une imagerie guerrière bien crado, Civil War crée des scènes qui marquent et dont j'ai du mal à me défaire.
    Il soulève des questions compliquées auxquelles il n'apporte aucune réponse. C'est inconfortable au possible, mais qu'est ce que ça fait du bien de se faire secouer de la sorte.

  • avatar ZorrObiwan
    16 / 20Le 28 Avril 2024 à 22:34ZorrObiwan

    On s'en fout de la contextualisation. C'est pas un film sur les raisons de la guerre mais sur la Guerre en général (avec un grand G) pris du point de vue du journalisme de guerre.
    Qui est à la source, qui gagne, qui perd, ... y-a-t-il encore des guerres pour lesquelles on peut répondre clairement à ces questions ?
    C'est un film brut et violent, comme peut l'être une guerre.

  • avatar whamy
    12 / 20Le 11 Mai 2024 à 21:18whamy

    Ou est la civil war sérieux ?
    Une ballade en voiture entre reportaire où de temps en temps il se passe quelques choses d intéressant mais vraiment passer votre chemin

  • avatar ormac
    1 / 20Le 26 Mai 2024 à 23:06ormac

    Ce film est un gros NAVET

    Je me suis ennuyé tout au long du film

  • avatar risu
    12 / 20Le 27 Mai 2024 à 23:20risu

    Ça aurait pu être bien mais la fin est totalement irréaliste.
    D'abord une guerre civile aux USA ce ne serait pas un char et 3 Humvees à l'assaut de la maison blanche.
    Ensuite, des journalistes qui sont en première ligne, zigzaguant entre les soldats, évitant les tirs, c'est n'importe quoi !

  • avatar Benben
    17 / 20Le 09 Juillet 2024 à 10:53Benben

    @FaceDeCraie, @M_atmat, @Lostounet, merci pour vos commentaires construits qui sont toujours aussi bons à lire :)

    Et j'y vais donc de ma plume numérique et subjective également !

    A l'annonce du film "Civil War" et dès les premières affiches, je me suis simplement dit "ça y est, ces gros tarés sont en train de mettre sur pellicule leurs rêve humides de révolution sauce 2è amendement sous stéroïdes".

    Bon, je me suis trompé, et heureusement, car le long métrage d'Alex Garland ne fait nullement l'apologie d'une sécession intra-USA qui semble d'années en années de plus en plus crédible -- et cela se ressent de plus en plus dans les productions culturelles nord-Américaines tous médias confondus -- mais s'attache à justement rendre les raisons du conflit aussi floues qu'absurdes jusqu'à en faire un non-sujet.

    Il faut dire que, distribué (et non pas produit) par A24, "petite" société de production indépendante qui grimpe malgré le silence des médias, il aurait été étonnant que le film se contextualise avec précision, et prenne le risque d'illustrer la fracture économique et sociale réelle que l'on voit s'étendre petit à petit sur tout l'Occident.

    Bien joué donc. Pas d'alt-right, pas de wokes, mais "juste" des américains qui s'entretuent pour des raisons que la raison ignore. Et cela rend la guerre civile encore plus crue et plus crédible, puisque dans tout conflit, celles et ceux qui vont au front ne savent même pas pourquoi ils se tirent dessus. L'imagerie en sera d'autant plus percutante, car voir des civils exécuter des soldats en uniforme, ou des soldats en uniforme exécuter des civils, en pleine cambrousse américaine, dans l'un des états fondateurs de la nation qui plus est, c'est assister à l'effondrement d'un pays qu'on connait toutes et tous depuis notre naissance. Par le biais des écrans ou de la radio, et donc grâce au soft-power gargantuesque du pays de l'Oncle Sam, nous connaissons intimement les USA. Et dans chaque film catastrophe, d'"Independence Day" à "White House Down" quand on voit la Maison Blanche se faire dézinguer, c'est comme si c'était l'immeuble au coin de notre rue qui était en feu.

    Ce qui ressort donc de "Civil War" sauce 2024, c'est l'impression que la situation est crédible, et le fait que les personnages principaux soient des journalistes en reportage donne presque un air documentaire. Tout cela m'a scotché à mon canapé.

    L'autre grand sujet du film, c'est bien sûr la course au scoop, à l'image, à l'interview quoi qu'il en coûte. Porté par 4 journalistes aux tempéraments différents mais à la même obsession, celle d'être là où tout se passe, cet aspect du film va mener les protagonistes jusqu'au cœur de l'état fédéral en prenant tous les risques, semblant à la fois détachés et à la fois terriblement impactés par ce qu'ils voient. Chacun passe d'un état à l'autre, d'une scène à l'autre sans transitions. Un peu comme le Président qui dans la scène d'intro semble indiquer que son camp est sur le point de gagner la guerre, avant de se prendre la réalité en pleine face dans la scène d'outro. Ou bien comme Joel, rieur ici puis hurlant son désespoir avec des chars qui passent en trombe derrière lui.

    Ce qui m'amène à parler de la photographie, techniquement irréprochable, avec des plans iconiques et somptueux, souvent en décalage avec la cruauté des événements.

    Au delà de ça, c'est vrai que tout n'est pas parfait, et certaines situations sont même caricaturales. Quand Sammy arrive en mode Deus-ex Machina pour sauver ses potes, comment les soldats peuvent-ils ne pas entendre la voiture leur foncer dessus ? C'est le seul exemple qui me revient à froid, mais plusieurs passages du film font tout de même soulever un sourcil.

    Cela étant dit, "Civil War" est terriblement marquant. En montrant des symboles qui nous semblent immuables, piétinés par ce qui reste d'une nation qui pourtant se croit indestructible et a pendant des décennies donné d'elle l'image d'un peuple uni, chantant The Star-Spangled Banner la main sur le cœur, Alex Garland nous met face à l'absurdité sanglante d'un conflit dans lequel d'anciens camarades de classe se massacrent aveuglément.

  • avatar Dreadz23
    16 / 20Le 12 Juillet 2024 à 09:14Dreadz23

    Vraiment prenant ! J'ai trouvé ce film incroyable !

    J'ai quand même stoppé ma lecture à un moment pour rechercher un peu plus d'infos sur le contexte de cette guerre civile car j'avais un peu de mal à saisir. Pour résumer, le président est devenu un dictateur et une partie des armées des Etats-Unis, les Western Forces, se rebellent contre le gouvernement. Les journalistes sont de leur côté et craignent les autres, qui ont tendance à éliminer tous les "Faux Américains".

    Pour ceux qui se questionnent sur la fin concernant [spoiler] la "mort" de Lee. Je mets des guillemets car, d'après moi, elle ne l'est pas. Elle avait un gilet pare-balle et on n'a pas vu une goutte de sang. Je trouvais ça étrange qu'aucun des deux autres journalistes ne vérifient si elle était vraiment morte ou pas. Et j'ai lu une explication qui tient complètement la route, je trouve : pour eux, le plus important, c'est LE cliché. Le reste n'est que secondaire. Alors ils avancent sans regarder derrière eux, on verra plus tard, il y a plus important que la mort d'une simple journaliste. On est au tournant d'un moment historique. Ca aurait enlevé une grande partie de l'impact du dernier plan du film s'ils avaient vérifié avant. Là, on est toujours dans un état de choc, de questionnement et on avance, comme eux, avec une info en suspens. J'avoue que j'aurais préféré avoir une petite note ou une petite scène pour nous dire "Tout va bien en fait, pas de panique" mais je me doute que ça aurait retirer une partie de la "magie" du film. [/spoiler]

Equipe technique

Réalisateur

Scénariste

Sociétés de production

Chroniques de blogueurs (0)

Des films dans le même genre

Merci à LN31 qui a créé cette fiche