0
1
1
2
2
3
1
4
2
5
8
6
3
7
9
8
15
9
13
10
27
11
17
12
58
13
52
14
49
15
58
16
36
17
19
18
11
19
1
20
3
12,8 / 20385 votes

Détails

Date de sortie FR

22 Décembre 2021

Date de sortie US

22 Décembre 2021
Chercher des trailers sur Youtube

Synopsis

MATRIX RESURRECTIONS nous replonge dans deux réalités parallèles – celle de notre quotidien et celle du monde qui s’y dissimule. Pour savoir avec certitude si sa réalité propre est une construction physique ou mentale, et pour véritablement se connaître lui-même, M. Anderson devra de nouveau suivre le lapin blanc. Et si Thomas... Neo... a bien appris quelque chose, c’est qu’une telle décision, quoiqu'illusoire, est la seule manière de s’extraire de la Matrice – ou d’y entrer... Bien entendu, Neo sait déjà ce qui lui reste à faire. Ce qu’il ignore en revanche, c’est que la Matrice est plus puissante, plus sécurisée et plus redoutable que jamais. Comme un air de déjà vu...

Ce film fait partie de la saga

815 membres ont vu ce film

334 membres veulent voir ce film

Casting

Commentaires (18)

  • avatar Yann Liwenta
    10 / 20Le 22 Décembre 2021 à 01:43Yann Liwenta

    Pas mal d'idées intéressantes, une esthétique d'ensemble soignée, malheureusement, malgré le plaisir de retrouver certains personnages, ce 4ème volet peine à convaincre à force de jouer sur la nostalgie de la trilogie initiale. Dommage, il y avait là de quoi proposer une vraie suite...

  • avatar Tix
    14 / 20Le 23 Décembre 2021 à 12:01Tix

    La première demi-heure est extraordinaire. Malheureusement, malgré toute son impertinence, Lana Wachowski n'a plus le choix que de lancer le film et flirter dangereusement avec ce qu'elle dénonce. Le film se suit alors avec l'ennui poli que l'on accorde aujourd'hui à n'importe quel blockbuster, à l'affût des divers pieds de nez qui aideront à faire passer la pilule. Dommage, le discours est passionnant, ça aurait pu être grandiose.

  • avatar vsnrli
    13 / 20Le 23 Décembre 2021 à 14:45vsnrli

    Malgré une très belle réalisation, le film reste trop décousu et a le défaut d'avoir trop misé sur les effets spéciaux et les artifices visuels et narratifs d'un film grand public des plus classique. Une remise à zéro aurait été intéressante, au lieu de cela, les allusions incessantes aux premiers films ralentissent inutilement le rythme et on se demande sans cesse quand est-ce qu'on va passer la seconde dans le récit. On sent que Lana Wachowski a essayé d'allier l'univers de Matrix avec certaines nouveautés, mais malheureusement elles ne sont que visuelles et le concept de réalité virtuelle a trop été mis de côté. Peut-être aurait-il fallu se détacher complètement de la trilogie initiale au lieu d'essayer de se raccrocher autant à ses personnages et ses évènements...

  • avatar Jetplanet
    14 / 20Le 24 Décembre 2021 à 10:20Jetplanet

    Le film passe trop de temps à nous convaincre que les suites ne servent à rien, mais en parallèle grosse facilité scénaristique pour justifier une suite. J'ai trouvé ça trop paradoxal, même si je pense que c'est voulu. Idem pour la nostalgie. Beaucoup trop présente et critiquée en même temps.
    Sinon esthétiquement bien léché, les aspects rouges/bleues bien travaillés. J'ai passé un bon moment tout de même, je conseille aux curieux et fans de la trilogie.

  • avatar Roq
    14 / 20Le 24 Décembre 2021 à 19:10Roq

    Difficile de noter objectivement ce film. N'ayant vu aucun teaser ni même l'histoire, il me reste un arrière-gout de "pas assez".
    À mi-chemin entre la suite et le remake, on oscille entre du déjà vu et du renouveau, on prend plaisir à voir néo repartir de 0, la nouvelle squad Matrix (plutôt la squad Sense8), le ton un peu plus coloré, les ralentis ...
    Mais faire une suite au monument qu'a été Matrix à son époque est forcément compliqué.
    J'étais obligé d'en attendre trop, vouloir me reprendre une claque avec les moyens actuels, revoir une histoire de dingue, Neo et Trinity "ressuscités", des musiques électro rock et j'en passe.

    Au final j'ai trouvé le scénario assez compliqué, beaucoup de dialogues où on nous envoie des termes techniques à la chaine, une première partie intéressante qui bascule totalement dans une autre optique au "réveil" de Neo, pas de musiques percutantes (il faut attendre le générique de fin), le bullet time trop utilisé, la Matrix squad pas exploitée, pas de scène d'action mythique même si beaucoup sont de qualité, trop de retours en arrière à coup de flashbacks de la trilogie..
    Et surtout Neo quoi.. il va falloir que Keanu Reeves change son look de cheveux long et barbe car il est impossible de dissocier Neo de John Wick, et son personnage est juste naze. Pas de progression, de montée en puissance, il passe son temps à faire un bouclier par balle magique alors qu'aux dernières nouvelles, l'élu, ben.. c'est lui, enfin dans l'autre matrice. Idem avec Trinity qui n'aura le droit qu'à une conduite de moto pendant 2 minutes.
    J'ai passé un bon moment, pas mal de frissons, mais clairement trop d'attente, qui comme d'habitude met le film sur un piédestal trop tôt.

  • avatar Le monstrothecaire
    7 / 20Le 25 Décembre 2021 à 09:47Le monstrothecaire

    Pfou... laborieux.
    Clairement, ce n°4 n'est pas à la hauteur des trois premiers, il s'enfonce même dans les profondeurs et serait plutôt à oublier.
    Le concept de l'histoire est de se moquer de tout ce qui a fait le succès de Matrix. Ça m'a fait le même effet que quand les personnages Marvel se vannent entre eux. Au bout d'un moment, la mise en abyme du récit m'a paru insupportable.
    Quand l'histoire enfin commence, on retombe sur un copier-coller des n°1, n°2, n°3. Rien de neuf, que du recyclé. :/ [spoiler] Sauf que l'agent Smith est remplacé par 50 nuances de Grey, Trinity se fait traiter de Milf, Morpheus passe un peu pour un con à chacune de ses interventions, et le Mérovingien... Pourquoi ils n'ont pas tout simplement supprimé ce perso, je ne sais pas, il était censé faire rire ? Genre "je dis des gros mots ahahahah" ? [/spoiler]
    Même niveau esthétique, j'ai été déçu. Vingt ans séparent Matrix 4 de Matrix 1, et ça ne se voit pas franchement...

  • avatar themightywatcher
    15 / 20Le 25 Décembre 2021 à 22:47themightywatcher

    Bon alors déjà que ce soit clair j'ai beaucoup aimé. Je m'attendais ni à pire ni à mieux car en fait... je savais pas à quoi m'attendre. J'avais déjà beaucoup de mal à comprendre vers ou ils allaient avec les bandes-annonces mais maintenant que je l'ai vu je sais pas si j'ai été déçu ou non. En tout cas c'est sûr que ce Matrix 4 aurait pu être beaucoup plus mythique et spectaculaire.
    Je veut dire quand tu compare le climax du 3 ou même du 2 à celui la...Bon ba c'est moins dingue clairement. Mais j'ai pas ressenti que ce film se voulait être ''encore plus fort'' que Revolutions en proposant des enjeux encore plus grand etc etc...
    Pour moi c'était quelque chose de bien plus intime dont le but final était de réunir nos deux chérubins en latex préférés. Et d'offrir cette fois un véritable avenir radieux pour les habitants de la Matrice.
    Je vais m'arrêter la vu que les autres ont déjà parler de tout ce qui est facilités, mérovingien et flashbacks abondants donc pour conclure je dirais que Matrix Resurrections et un film à prendre à part de la trilogie, un peu comme une fin alternative, afin de ne pas froisser les puristes ;)

  • avatar Mijak
    13 / 20Le 25 Décembre 2021 à 23:54Mijak

    Bon, je l'ai vu dans un cadre à chierl (VF, abrutis dans la salle, et image mal cadrée sur la toile).

    Mais pour ce que je peux en dire, bah j'ai pas détesté, j'ai trouvé de bonnes idées à certains moments, j'ai bien aimé le perso de l'Analyste et globalement l'histoire (sauf la fin).
    Mais quand même, quelle déception. Une avalanche de fan-service (TOUS les plans emblématiques du premier sont repris : la bouche qui fusionne, le bullet-time, l'arrêt de balles, les douilles sous l'hélico... tout), de la niaiserie absurde sur la fin, un personnage de Morpheus qui sert à rien (pourquoi faire comme si c'était Morpheus ? C'est même pas le même acteur, donc ça sert à rien, il a même pas le même rôle)
    Le début peut être déroutant, mais j'ai bien aimé le côté brisure du 4e mur.
    Je sais pas si y aura une suite, perso j'ai encore des questions, notamment sur Smith à propos duquel rien n'est conclu.

  • avatar shun
    12 / 20Le 26 Décembre 2021 à 00:01shun

    Ça va c'est potable, le casting est bon mais le film reste un sous-Matrix, les scènes d'actions sont mal filmées, pas de scène majeure, bande son faible. C'est du Matrix mais en moins bien. Elle était plus inspirée sur Sense8

  • avatar SleepyLP
    16 / 20Le 28 Décembre 2021 à 00:12SleepyLP

    Un bon arrière goût de : "ce n'est que le début" ? Mais j'ai bien aimé.

  • avatar MLT
    12 / 20Le 28 Décembre 2021 à 20:58MLT

    Un épisode dispensable qui relance la saga pour pas grand chose. La trilogie se suffisait à elle-même.

  • avatar bonox
    Le 03 Janvier 2022 à 02:55bonox

    Mouais ... voila quoi ...

  • avatar Etna
    9 / 20Le 14 Janvier 2022 à 16:26Etna

    Je me suis endormie c'est fou... Mes yeux ne faisaient que se fermer... C'était quoi l'utilité de ce film en fait ? Et juste c'était quoi l'utilité de Neo tout court ??? Il a servi à rien.. Et mon Dieu ce nouveau Morpheus était INSUPPORTABLE. Absolument pas convaincant.
    Je m'attendais à un truc de fou, surtout avec l'avancée des graphismes dans le cinéma, ils auraient pu faire un truc de FOU. Et finalement ils nous ont pondus de la romance plus qu'inutile...

  • avatar link3d
    13 / 20Le 17 Janvier 2022 à 21:55link3d

    Comme dis plus haut, la première demi-heure est super, il y a des rappels du passé et une histoire plutôt sympa se met en place sur le pourquoi du comment, et puis on passe à ce que tout le monde attend et là, ça rame, c'est lent et on comprend pas tout,
    [spoiler] le monde est sauvé mais pas tout à fait, les gens sont contents, les machines sont les alliées mais pas toutes et on sais pas comment dans leurs intelligences collectives elles ne savent pas ce que font les autres... Bon et désolé mais Smith sans l'acteur de base ça me perturbe et comme il essaye de reproduire son jeu ça donne l'impression d'une copie Wish. [/spoiler].

    Le film avance donc avec des scènes de batailles difficilement lisibles, boum boum, des effets spéciaux et on arrive dans les 20 dernières minutes et là plus d'idées, là, on passe en mode deus ex machina [spoiler] Neo qui pouvais arrêter les balles peu maintenant tout renvoyé avec un bouclier magique ?? on sent qu'il est jamais vraiment mis en danger mais il est quand même bridé un peu par l'histoire et puis d'un coup Trinity level up et deviens aussi l'élu, comme c'est pratique... voila voila maintenant, la suite s'annonce compliqué dans la narration s'ils sont tout les deux aussi puissants sans jamais être vraiment mis en danger. [/spoiler]

    Du coup on prend un peu de plaisir à revoir l'univers de Matrix son sous texte et sa photographie mais pour l'instant la question qui me reviens le plus c'est : "Pourquoi cette suite ?"

  • avatar z0rr0
    2 / 20Le 21 Janvier 2022 à 22:02z0rr0

    J'ai tenu 56mn aprés c'etait plus possible !
    Surement ma "BOUSE D'OR" pour 2022 , difficile de faire pire

  • avatar Benben
    8 / 20Le 23 Janvier 2022 à 10:30Benben

    Mais qu'à donc voulu faire Lana Wachowski ? En s'attaquant au légendaire "Matrix" qui reste à 50% sa création, le risque était énorme, presque insurmontable. Réaliser une suite 20 ans plus tard c'était faire face à une comparaison point à point, justifiée ou non.

    Alors pour prendre tout le monde à contrepied, quelle meilleure idée que de tout miser sur le film méta ? Sur l'abondance de déjà-vu en leitmotiv afin de nous clouer le bec en nous disant : bah oui c'est tout pareil, mais c'est génial parce que c'est fait exprès.

    Alors moi, sur le principe, je suis client, par contre j'attends de voir sur pièce pour juger de la pertinence, ou plutôt de l'impertinence d'un tel projet. Sur le papier, une telle prise de risque annonce une petite révolution.

    Une révolution, ça veut dire revenir à son point de départ, et le 3é opus de la franchise l'avait bien compris : à la fin, on se retrouve avec deux factions en paix (probablement deux matrices d'ailleurs) et tout va alors recommencer. C'est ce que sous-entendent l'Architecte et l'Oracle.

    Resurrections est donc le début d'un nouveau cycle avec les prémices d'une nouvelle guerre opposant la vérité à la liberté, concept fondateur de Matrix. Et dès lors on se demande quel est l'intérêt de refaire le tour de la question si c'est pour l'aborder par le même prisme finalement ?

    Au delà de ça, on peut simplement s'intéresser aux personnages, avec Neo en mode hipster de San Francisco qui se cherche et qui nous ennuie, une nouvelle version de Morpheus qui n'a rien à voir avec l'original et qui ne sert à rien, un Mr. Smith relooké dont on comprend assez mal les revendications, une Trinity qui ne sert à rien non plus, une Niobe en mode relou, un Mérovingien clodo qui balance juste des insultes en français ! Et concernant les nouvelles têtes, l'équipage du vaisseau est totalement insipide, seul l'Analyste est intéressant car il amène de nouvelles choses dans cet univers, mais il est tellement mis à mal par la suite qu'il en devient risible.

    Le scénario est mal monté, j'ai trouvé globalement le film complètement foutraque, et sans queue ni tête avec énormément de séquences qui ne font que du remplissage, à l'image de celle où Neo est escorté dans sa cellule pour s'en échapper trois secondes plus tard : il aurait fallu le faire partir direct plutôt que de nous ennuyer avec un dialogue pseudo intimiste.

    Même visuellement, si c'est très beau et très propre, c'est sans intérêt. C'est à l'image des productions Netflix les plus merdiques qui ont toutes une photographie ultra léchée avec des couleurs éclatantes. Bref, c'est complètement nul. Les effets spéciaux sont dans l'ère du temps, on ne retrouve aucune inventivité, rien de visuellement percutant alors que c'était l'un des énormes atouts du tout premier film (ah oui c'est vrai, c'est du déjà-vu donc on va pas faire un truc de dingue).

    Pour autant est-ce que je peux dire que je suis déçu ? Bah oui, merde, parce que même si je n'attendais pas grand chose de cette suite, reboot, remake, elle a quand même un héritage à assumer, et celui-ci vole en éclat avec une scène post-générique très "Marvel-ienne".

  • avatar elgg
    2 / 20Le 27 Janvier 2022 à 12:23elgg

    Un film mauvais, qui ne sert à rien.
    Son seul intérêt est de jouer sur le côté nostalgique...
    L'histoire est naze, les acteurs pas spécialement bons (à part Keanu Reeves et Carrie-Anne Moss bien sûr).
    À quoi ça sert de mettre un Smith joué par un autre acteur ? Un autre Morpheus ? À quoi ça sert de mettre le mérovingien balancer 2-3 insultes en français ? Pauvre Lambert Wilson qui récolte ici une scène encore plus pathétique que celles qu'il avait déjà joué dans les Matrix 2-3...

    Bref, à éviter. J'ai failli m'endormir devant. Les scènes d'action sont pourries, lentes, mal filmées, le scénario... (quel scénario ???) Bref, vous avez saisi l'idée.

  • avatar Masthei
    16 / 20Le 13 Février 2022 à 23:54Masthei

    Nous voilà donc avec un quatrième volet de la saga, 18 ans après l’épouvantable clôture du diptyque Reloaded/Revolutions. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que cette suite m’aura donné du fil à retordre pour me faire mon propre avis.

    Commençons par un avis court : ce Matrix Résurrections est un meilleur Matrix Revolutions que Matrix Revolutions, mais échoue à être un rappel de Matrix premier du nom. Elaborons un peu.

    La première chose à bien cerner lorsque l’on visionne ce Matrix Résurrections, c’est qu’on est face à un film qui se divise volontairement et sciemment en deux actes bien distincts. Là où le premier acte se veut un écho au premier volet de la saga, son second acte veut (enfin) répondre aux interrogations que se posent le second volet : Matrix Reloaded. C’est par ce prisme que je vais découper mon analyse.

    Dans le premier acte de Résurrections, Lana Wachowski (cette fois seule aux commandes) met en abîme les interprétations philosophiques et sociétales qui ont pu être faites de sa trilogie originelle voire même, si on veut aller un peu plus loin, de l’entièreté de sa filmographie. Via une écriture volontairement méta, brisant allégrement le quatrième mur, la réalisatrice tentera de déconstruire ses personnages en les caricaturant voire en les ridiculisant, le tout en saupoudrant ses dialogues de critique acerbes d’Hollywood, qui depuis une quinzaine d’années nous vend des pilules bleues à foison à travers les innombrables suites et reboots de titres cultes, capitalisant sur des licences doudou pour le spectateur, ne laissant plus aucune place à des œuvres qui peuvent mettre le public à défaut, le poussant à l’introspection. Cela pourrait être un message intéressant à faire passer… si le film n’était pas le quatrième volet d’une saga culte, sorti 18 années après son achèvement, avec un budget de 190 millions de dollars, qui surfe allégrement sur la vague de la nostalgie pour se rentabiliser et mettre des millions dans les poches des producteurs de la Warner. Ainsi, à travers des personnages secondaires dont l’écriture fleurte entre nanar et navet, on ne peut s’empêcher de ressentir un profond cynisme de la part de Lana Wachowski, comme si elle désirait se venger des échecs de films et séries à l’écriture bien plus personnelle, tels que Cloud Atlas ou Sense8. Cet aspect donne un côté assez bizarre à ce premier acte, le rendant désagréable, comme si Lana Wachowski avait volontairement voulu rendre certains dialogues et répliques insipides, comme pour dégouter le spectateur d’un univers qu’il chérissait depuis plus de 20 ans… Mais je dois être un peu masochiste, parce qu’après un deuxième visionnage pour en être certain, et bien j’ai adoré ça.

    En effet, derrière cette couche de caca étalée volontairement à l’écran se cache un développement de personnages bien connus et réels tels que l’Agent Smith, Néo ou Morpheus, tout à fait cohérents avec les trois premiers films et qui vient enrichir l’univers de Matrix subtilement en leur donnant à chacun un nouveau visage et une nouvelle mise en abîme. Car si l’Agent Smith était devenu une parodie de lui-même dans le troisième film, son contact prolongé avec Néo le rendra bien plus « humain » et, tel un cafard, il ne cherchera plus qu’une seule chose durant le reste de ce quatrième film : sa propre survie, au détriment de tout ce qui pourrait se mettre à travers son chemin. Quant à Morpheus, son personnage n’existait dans les trois premiers films que pour être celui qui pousse Néo à prendre confiance en lui et à révéler sa vraie nature, lui faisant comprendre la dualité et la contradiction entre une destinée manifeste et une illusion de libre-arbitre, à travers une foi aveugle en une prophétie. Ici, en recréant de manière originale le personnage de Morpheus, Lana Wachowski lui offre une nouvelle dimension qui se rapproche d’enjeux bien plus proche de 2022 que ceux traités dans le Matrix de 1999. Ce personnage viendra interroger Néo non pas que sur la nature de l’être humain, mais aussi sur ce qui sépare l’humain de la machine. Néo, quant à lui, complètement « blue-pilled » par les péripéties qui s’offrent à lui, s’interrogera sur son rapport à la réalité et cette frontière devenant de plus en plus floue entre monde réel et virtuel (d’autant plus d’actualité aujourd’hui, tandis que nous vivons l’avènement du métavers).

    Finalement, à travers un cynisme autour duquel la plupart des spectateurs s’arrêteront, Lana Wachowski essaie de nous interroger sur la nature de l’être humain. Les premiers films s’attardaient sur la question : qu’est-ce que le libre-arbitre et qu’est-ce qui fait que nous sommes libres de notre destin ? Et, tout comme une saga dont personne n’attendait la suite, la réalisatrice viendra balayer ses questionnements d’une seule réponse : « si la destinée existe, sommes-nous réellement libres de nos choix ? », et nous pousse désormais à nous poser une autre question : « si finalement nous ne sommes pas libres de nos choix, qu’est-ce qui fait de nous réellement des êtres humains ? ». C’est en ça que Matrix Résurrections met en abîme le premier film. Si la réalisatrice avait réussi à mettre un peu plus son égo de côté lors de l’écriture, ces interrogations auraient pu être formulées de manière plus claire, le tout aurait ainsi permis à ce premier acte de se hisser au niveau du film original. Comme dit en introduction, ce premier acte de Matrix Résurrections « échoue à être un rappel de Matrix premier du nom ». Il n’en reste que des interrogations intéressantes sont bel et bien posées, pour peu qu’on s’y intéresse, en espérant que le second acte y réponde avec autre chose que des explosions et un combat 3D fan-made de Dragon Ball Z comme Matrix Revolutions.

    Ce deuxième acte amène la réponse de manière bien plus subtile que le troisième volet. En effet, en nous dépeignant un Néo diminué, vieillissant et privé de son « mojo » des trois premiers films, Lana Wachowski essaie de nous exprimer une certaine vulnérabilité de l’être humain, esclave de ses peurs et de ses doutes. La réalisatrice nous amènera ainsi à comprendre sa réponse à l’interrogation exprimée dans le premier acte : ce qui fait de nous des êtres humains, c’est que notre vie est dictée par des émotions. Le danger d’une telle réponse, c’est qu’un scénario pourrait très vite tomber dans le deus ex machina offert par le « pouvoir de l’amour/amitié ». Lana Wachowki ne tombera pas dans ce piège facile. En effet, si nos émotions peuvent être un vecteur de pouvoir et de motivation, elles peuvent aussi s’avérer être le miroir de nos faiblesses. L’amour, le courage, la détermination sont autant d’émotions qui feront avancer l’être humain vers l’avant. Mais c’est ces mêmes émotions qui nous rendent vulnérables, ouvert à la manipulation. En faisant des émotions le centre de la nouvelle matrice de Matrix Résurrections, là où celle des trois premiers films était un miroir froid et déformé de la réalité, Wachowski nous montrera intelligemment que l’humain est humain de par les failles que représentent ses émotions. Le tout emmènera ce second acte vers un final logique mais pas dénué de romantisme, qui nous permettra de quitter ce long-métrage de 2h30 avec un sourire aux lèvres et des milliers de questions sur notre rapport à l’autre… Et une furieuse envie de revoir le film pour voir si les interrogations soulevées par le film ne sont pas qu’un moyen de brosser la fibre nostalgique d’un fan féru du premier film.

    Si Matrix Résurrections a fini par me plaire uniquement après un second visionnage, ce n’est pas, contrairement à des films comme Cloud Atlas ou Premier Contact, parce que des éléments scénaristiques prennent leur sens après la résolution de l’intrigue, mais bien parce que si les messages que j’ai mis plus de 1000 mots à décrire sont bien présents, ils sont racontés de manière assez décousue et imparfaite. En termes de mise en scène, Matrix Résurrections oscille entre idées originales très bien exécutées (notamment vers la fin du dernier acte), et plans repompés de la première trilogie, dans l’unique but de titiller la fibre nostalgique du spectateur. Ma théorie bidon personnelle me laisse dire que le projet de faire un quatrième volet à la saga Matrix ne venait pas d’une soudaine envie des sœurs Wachowski de se replonger dans un chapitre clos de leur filmographie, mais bien d’une avide envie de producteurs de la Warner de se faire un maximum de pognon sur le dos de spectateurs nostalgiques. Et c’est autour d’un cahier des charges de mise en scène que Lana Wachowski a dû composer malgré elle. On retrouve ainsi des chorégraphies copiées sans l’âme de ce que faisait le premier film autour d’idées de mise en scène très intéressantes mais sous-exploitées. En ressort un rendu mi-figue mi-raisin qui reste digestible, mais qui aurait pu être largement perfectible.

    Après deux visionnages, je pense que je pourrai tout de même affirmer que j’ai apprécié ce Matrix Résurrections, malgré le tacle à la gorge qu’il assène à la dimension philosophique de la première trilogie (du premier film en réalité), et que je prendrai du plaisir à le regarder à nouveau. J’en sors même avec l’envie d’en voir découler une suite, qui pourrait un peu plus développer des personnages laissés volontairement au second plan, et qui mériteraient une rédemption scénaristique au vu de leur massacre dans Matrix Revolutions.
    La seule chose que je puisse réellement vous conseiller est de visionner Matrix Résurrections par vous-même, voire de le revisionner, afin de vous faire votre avis qui sera certainement différent du mien.



    Note : 15/20

Sociétés de production

Non renseigné

Chroniques de blogueurs (1)

avatar Aelurus10 / 20

Des films dans le même genre

Merci à Trone55 qui a créé cette fiche