Jeux Vidéo > Accueil

Invité

Informations sur les niveaux

Les niveaux sont liés à votre temps total.

NiveauTemps de visionnage :
Amateur0 à 3 jours
Débutant3 jours à 1 semaine
Professionnel1 semaine à 1 mois
Mini-geek1 à 2 mois
Geek puissance 22 à 3 mois
Geek puissance 33 à 4 mois
Geek puissance 44 à 5 mois
Geek puissance 55 à 6 mois
Geek puissance 66 à 7 mois
Geek puissance 77 à 8 mois
Geek puissance 88 à 9 mois
Geek puissance 99 à 10 mois
Geek puissance 1010 à 11 mois
Geek puissance 1111 mois à 1 an
Super Geek1 à 2 ans
Geek GodSupérieur à 2 ans
[ Niveau Jeux vidéo : Zero ] Infos

Temps de jeu : 0 an 0 mois 0 jour(s) 0 heure(s) 0 minute(s)

Sorties du mois

Derniers commentaires

  • Mass Effect: Andromeda

    Mass Effect: Andromeda

    eskhan84 a dit (19 Février 2018 à 16:16)

    assez déçu dans l'ensemble comparé aux anciens mass effect.
    fan de la série depuis le début, on sent bien que les finitions ont été laissé de côté (animations ratées, visages moches, les kerts à se jeter par la fenêtre...), l'histoire assez quelconque ainsi que la bio des divers protagonistes.
    sauvé par l'ambiance et l'univers, chapeau pour le moteur frosbite pour le rendu des planètes.

    je ne vais pas répéter les critiques unanimes de la presse. mais bon, si t'as aimé la trilogie, ce serait dommage de passer à côté malgré le risque de déception.

  • Metal Gear Solid : Peace Walker - HD Edition

    Metal Gear Solid : Peace Walker - HD Edition

    Benben a dit (19 Février 2018 à 11:20)

    Peace Walker et moi, c’est une histoire qui se passe en deux temps, séparés par des années de silence Codec. La première partie de cette histoire se déroule en 2012, très peu de temps après avoir terminé Metal Gear Solid 3 : Snake Eater. C’est donc encore tout retourné par cet épisode fondamental, que je décidais d’attaquer sa suite directe. Bien mal m’en pris. Alors que je m’attendais à retrouver une puissance aussi phénoménale qu’avec MGS3, je découvrais un jeu diamétralement différent qui n’accrocha pas avec moi. Je décidais de laisser l’aventure entre parenthèses, le temps d’oublier (comme si c’était possible) la mise en scène géniale de Snake Eater.

    L’acte 2 n’intervient qu’en 2018, après avoir vomi suite aux teasers et autres beta de Metal Gear Survive. Il fallait que je retrouve le Snake endormi dans les tréfonds de ma mémoire. Non sans avoir oublié ma précédente expérience, je lançais pour la deuxième fois Peace Walker, et cette fois-ci, le coup de foudre fut immédiat.

    On retrouve Snake, pardon, The Boss, en 1974. Désormais apatride et fondateur avec son pote Kaz, de Militaires Sans Frontières (en français dans le texte), une sorte d’État-nation composée de mercenaires qui vendent leurs services aux pays démunis, dont les locaux se trouvent sur une plate forme off-shore dans les Caraïbes. La Guerre Froide fait rage, les deux blocs rivalisent de sournoiseries pour prendre le dessus, et c’est dans ce contexte que Zadhornov, un professeur Costa-ricain (quoi, c’est pas latino comme nom ?) et sa petite protégée, Paz, viennent clamer l’aide de MSF pour libérer leur pays, en proie aux milices armées sponsorisées par la CIA.

    Sans vouloir faire une redite de ce que mon cher et estimé Franz26, parangon de la pognade et Chevalier émérite de la saucissonnade, a rédigé ci dessus, l’aventure sera décomposée en une multitude de missions courtes, lors desquelles l’infiltration accompagnée de votre pistolet tranquillisant, seront vos meilleures amies. Chaque ennemi ou prisonnier rencontré pourra, et même DEVRA être capturé puis envoyé vers votre Mother Base, où il sera affecté à une équipe en fonction de ses capacités : combattant, technicien, cuistot, infirmier, ou agent du renseignement. Sur la base, vous pourrez gagner des points PIM (rien à voir avec les gâteaux) avec vos combattants, ces points devant ensuite être dépensés par les équipes techniques et de renseignement pour la création d’armes et/ou d’équipement. Les cuistots s’enquièreront quant à eux du bien être général de vos troupes, et les infirmiers s’affaireront à rafistoler vos combattants partis en mission extérieure pour augmenter leur rendement en points PIM. Un système de gestion qui n’est pas sans rappeler celui des Assassin’s Creed depuis l’épisode Brotherhood.

    Les missions principales sont plutôt variées grâce à des environnements divers : jungle, ruines, villages, bases souterraines… Classique dans la Saga, mais toujours avec ce soin infini apporté au level-design. Beaucoup de boss viendront rythmer l’aventure, et eux aussi peuvent (DOIVENT) être capturés et envoyés vers la Mother Base. Les blindés, chars d’assaut, hélicos seront des atouts formidables sur les missions extérieures et rendront la tâche plus aisée à vos combattants. On retrouvera également parmi les boss les précurseurs des Metal Gear, pilotés par une IA dont il faudra voler un maximum de composants afin de fabriquer votre propre ordinateur intelligent et in-fine votre propre Metal Gear. Exit donc les personnages emblématiques qui font habituellement figures de boss, ici ce sont tous des machines !

    Peace Walker propose également son lot de missions optionnelles, qui se révèlent d’une importance capitale pour l’amélioration de votre équipement. Nombreuses, elles sont aussi l’occasion de se frotter à des boss très coriaces lors de combats complètement injustes et difficiles. Au menu, on aura aussi l’occasion de se taper une adolescente après l’avoir complimentée et prise en photo…




    Côté scénario, Kojima ne s’est pas laissé aller. On a certes beaucoup moins de kilomètres de dialogues, et les cinématiques font toutes moins d’une minute, mais les cut-scènes en mode BD interactives sont prenantes et regorgent d’informations sur The Boss et son histoire. Un petit plus non négligeable avant d’attaquer MGS5. On notera aussi les easter-eggs, légion dans la saga et toujours aussi bien amenés ici, qui décrocheront autant de rires que les gags loufoques et autres situations barrées qui atterrissent sans prévenir.

    Un épisode qui se révèle au final extrêmement complet et qui pourrait demander beaucoup plus de 30 heures pour être complété à 100 %, et qui est loin d’être une bête succession de missions sans intérêt. C’est un Metal Gear différent, moins ambitieux que ses grands ou petits frères, mais un indispensable pour les fans de la saga.

  • A Hat in Time

    A Hat in Time

    tommyvercetti a dit (19 Février 2018 à 00:52)

    Super platformer en 3D, proche de Super Mario 64 évidemment, avec des mondes et des missions, des "étoiles" à récupérer - ici des sabliers - des sauts divers, des chapeaux qui ont divers pouvoirs, une exploitation d'ailleurs bien trouvée de ce rajout. En plus de ça, l'équipement de badges qui ajoute aussi du gameplay, et permet de retourner dans certains mondes pour accéder à d'autres missions, des zones, des objets...
    Le jeu n'est par contre pas énorme. Si les niveaux sont assez vastes, il n'y en a pas des masses - juste 4 en fait, le 5e ne comptant pas vraiment. Ils sont très différentes entre eux, l'un d'eux vraiment vaste laisse bien plus de liberté au joueur, mais autrement on arrive assez rapidement au bout.
    La mort n'est pas trop punitive ; au pire elle fait recommencer au départ du niveau, sinon, une instant death, genre tomber dans le vide ou quoi, fait revenir au précédent check-point (progressif, s'il ya du parcours) avec un cœur en moins seulement.
    Par contre, si elle n'est pas trop punitive, parfois elle arrive vite. Oui, car par rapport à SM64, encore, la difficulté est supérieure. Il y a parfois beaucoup de détails à prendre en compte, beaucoup d'inputs à éviter, etc. Et pour certains boss, assez longs avec plusieurs phases, la mort peut vous demander de tout recommencer du début, ce qui peut-être très frustrant, surtout si vous ne pigez pas tout de suite comment aborder le combat.
    Mais encore une fois, l'utilisation des divers items, chapeaux ou badges, fera parfois toute la différence.

    Enfin, le côté graphique. C'est un régal, c'est beau, mignon tout plein, avec une héroïne qu'on prend plaisir à jouer, des illustrations qui annoncent la couleur, l'humour omniprésent, la témérité de la fille... laquelle, dès le départ, est une sorte de Dr Who dans un vaisseau spatial fonctionnant avec des unités de temps étranges, ce qui sera tout l'enjeu du jeu, puisqu'il y aura aussi des niveaux spéciaux : les failles temporelles, du parcours, principalement, ou thématique sur un niveau où elle se trouve.

  • Voir plus de commentaires

Derniers jeux vidéo ajoutés

Fishing Craze

Fishing Craze

Année de sortie : 2012
Ajouté par mogwai_papple le 2018-02-21 19:38:25

Shadow Warrior

Année de sortie : 2013
Ajouté par Lisbeth_Salander le 2018-02-21 15:54:21

Escape from Tarkov

Année de sortie : 2017
Ajouté par JinWataru le 2018-02-20 17:34:28

ultimate fighting championship (ultimate fighting championship)

Année de sortie : 2001
Ajouté par relax le 2018-02-19 20:50:36

Azure Striker Gunvolt : Striker Pack

Azure Striker Gunvolt : Striker Pack

Année de sortie : 2017
Ajouté par GawainGundam le 2018-02-19 18:14:52

Azure Striker Gunvolt 2

Azure Striker Gunvolt 2

Année de sortie : 2016
Ajouté par GawainGundam le 2018-02-19 18:01:26

Dead or Alive 5: Last Round

Dead or Alive 5: Last Round

Année de sortie : 2015
Ajouté par Animor le 2018-02-19 17:15:07

The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel

The Legend of Heroes : Trails of Cold Steel

Année de sortie : 2016
Ajouté par Zekphyn le 2018-02-19 14:21:59

Travel Agency

Travel Agency

Année de sortie : 2012
Ajouté par mogwai_papple le 2018-02-18 20:46:02

Age of Empires II: The Age of Kings

Age of Empires II: The Age of Kings

Année de sortie : 2006
Ajouté par RaceTracK le 2018-02-18 14:47:24

En voir + Ajouter un jeu vidéo