Jeux Vidéo > Accueil

Invité

Informations sur les niveaux

Les niveaux sont liés à votre temps total.

NiveauTemps de visionnage :
Amateur0 à 3 jours
Débutant3 jours à 1 semaine
Professionnel1 semaine à 1 mois
Mini-geek1 à 2 mois
Geek puissance 22 à 3 mois
Geek puissance 33 à 4 mois
Geek puissance 44 à 5 mois
Geek puissance 55 à 6 mois
Geek puissance 66 à 7 mois
Geek puissance 77 à 8 mois
Geek puissance 88 à 9 mois
Geek puissance 99 à 10 mois
Geek puissance 1010 à 11 mois
Geek puissance 1111 mois à 1 an
Super Geek1 à 2 ans
Geek GodSupérieur à 2 ans
[ Niveau Jeux vidéo : Zero ] Infos

Temps de jeu : 0 an 0 mois 0 jour(s) 0 heure(s) 0 minute(s)

Sorties du mois

Derniers commentaires

  • Baba is You

    Baba is You

    Victor Rodriguez a dit (21 Août 2019 à 19:35)

    Mon avis est dispo sur mon blog : pcstriangle.com/test-baba-is-you/

  • Metal Gear Solid V : The Phantom Pain

    Metal Gear Solid V : The Phantom Pain

    Franz26 a dit (20 Août 2019 à 07:38)

    Malgré un développement plus que sinueux ayant carrément conduit au licenciement de Kojima, le tant attendu Metal Gear Solid V : The Phantom Pain débarque enfin. Le cul entre deux générations de consoles, puisqu’à force de reports la Playstation 4 l’a précédé dans nos salons, le titre de Konami se doit de convaincre après la mise en bouche « Ground Zeroes ». Un avant-goût ayant peiné à me convaincre, mais qu’en est-il du plat de résistance ? Verdict en « quelques » lignes…

    Rarement un Metal Gear n’aura déclenché autant d‘attentes mais aussi d’appréhensions avant sa sortie ! Et pour cause : alors que la linéarité du 4e opus fut pointé du doigt en son temps, ce 5e volet met l’accent sur la liberté en matérialisant un open world gigantesque comme terrain de jeu. Associé au concept de gestion de la Mother Base, initié avec Peace Walker, le gameplay tranche radicalement avec celui de ces prédécesseurs tout en conservant l’essence de la série : l’infiltration avec un grand Q.

    Cet aspect atteint ici le sommet de son art avec des possibilités quasi infinies : à vous de trouver l’approche qui vous conviendra le mieux et le compromis adéquat entre furtivité totale et carnage sanglant. Cette deuxième option étant rarement payante quoique bien facilitée par l’apparition d’un « Bullet Time », offrant ainsi quelques secondes d’impunité pour éliminer un ennemi sans déclencher l’alerte. Procédé initié dans Ground Zeroes. On appréciera l’exhaustivité de l’arsenal, les compagnons de voyage (surtout Quiet, impitoyable snipeur à la plastique aguicheuse), mais aussi le soin apporté au moindre détail : un soldat préalablement endormi peut se noyer dans une flaque d’eau, vos empreintes ou bruits de pas vous trahiront, etc… Il existe en réalité un tel éventail de possibilités que peu joueurs profiteront pleinement de toutes les idées mises en place. Presque frustrant lorsque l’on découvre certaines démonstrations de fous furieux sur internet !

    Car simultanément il faudra soigner tout le côté gestion de la Mother Base : recrutement du personnel en capturant des soldats sur le terrain, construction/amélioration des infrastructures, développement du matériel, gestion des ressources, etc… C’est d’ici que vous sélectionnerez vos missions, principales et secondaires, tout en gardant une vue d’ensemble sur votre progression. Sans plus d’explications, les paramètres étant très (trop ?) nombreux, notez que l’aspect gestion se révèle encore plus approfondi que dans Peace Walker. Au détriment du rythme et de la narration.

    Car si Big Boss (dit aussi « Venom Snake ») n’a jamais été aussi libre et bien équipé pour réaliser ses objectifs, dont l’approche dépendra totalement de votre façon de jouer, cette orientation se fait à l'insu du scénario clairement mis en retrait. L’autonomie offerte au joueur nuit ainsi à la narration, mais la trame réserve son lot de révélations tout en clôturant une épopée trentenaire de façon convaincante. On ressent néanmoins l’impact des coupes budgétaires et certains éléments n’ont pas été assez approfondis, laissant alors quelques intrigues en suspens.

    Metal Gear Solid V : The Phantom Pain bénéficie d’un background vertigineux, qui se repose malheureusement un peu trop sur les cassettes audio pour nous éclairer : guère ludique. Mais les références et les liens avec les précédents volets sont légions, confortant un ensemble scénaristique passionnant. D’autant que la mise en scène se révèle toujours magistrale et vous laissera bouche bée devant l’écran dès la moindre cinématique.

    Parallèlement au gameplay, l’univers de Metal Gear garantit une ambiance exceptionnelle et la direction artistique matérialise parfaitement l’atmosphère pesante des années 70 sévissant en Afghanistan et en l’Afrique Centrale. La tension est d’ailleurs souvent portée à son paroxysme par une bande son exemplaire. Entre un doublage VO quasi parfait, une myriade de thèmes d’ambiance réussis et quelques compositions magnifiques, difficile de faire la fine bouche ! En résulte une immersion incroyable, certes, mais incomplète. La faute à un level design parfois desservi par l’immensité des environnements, trop vides, et des temps de chargement agaçants (ces passages en hélico…). Quelques petits défauts parmi d’autres (s’ils existent, les combats épiques contre les boss sont plus rares qu’à l’accoutumé) qui, mis bout à bout, finissent par porter préjudice au titre.

    La durée de vie quant à elle oscille entre le dantesque et… l’infini si l’on désire peaufiner son ranking et compléter l’intégralité des objectifs secondaires (et en ligne) ! D’autant que les missions principales sont construites pour une exploration en trois temps : un premier passage découverte, un second afin de remplir les objectifs annexes alors dévoilés, puis éventuellement un troisième en vue d’obtenir le rang S. Sans parler de la gestion de la Mother Base vite chronophage malgré quelques lourdeurs. J’ai rendu les armes après plus de 60 heures au compteur, en m’attardant sur les missions secondaires sans pour autant négliger le recrutement et l’intendance de ma base. Une fois la vraie fin du jeu débloquée (contenant LA révélation), c’est avec le sentiment d’en avoir fait le tour que j’éteignis ma console. Tout en restant pourtant loin de l’utopique pourcentage parfait de progression générale… Il faut avouer qu’au bout d’un moment une pointe de redondance fini par s’installer, et ce n’est pas le manque de plus-value et de diversité des missions secondaires qui viendra contredire ce sentiment.

    Les petits filous auront déjà regardé ma note finale et sauté à la conclusion. Je vous voir venir : Metal Gear Solid V est-il une déception ? Honnêtement, je ne sais que répondre. Attaché à l’aspect cinématographique et volontairement linéaire de la série, j’ai eu un peu de mal à rentrer dans ce monde ouvert moins dirigiste qu’à l’accoutumé. Reléguant ainsi l’histoire presque au second plan avec ce découpage en missions (où les passages clés sont noyés au milieu d’une myriade de génériques), et souffrant d’un manque de rythme évident. En revanche, niveau gameplay et possibilités d’infiltration pures, il s’agit probablement du meilleur jeu existant dans sa catégorie ! Un changement de direction audacieux qui assure une très belle expérience. Car avec un peu d’investissement on ne peut qu’être admiratif devant l’ambition et la générosité du titre. L’ensemble formant un tout dense et d’une richesse inouïe ! Si j’émets quelques petites réserves sur l’orientation prise et sa mise en pratique, Kojima nous livre un chant du cygne concluant malgré les nombreuses péripéties de développement. Le produit final fait honneur à son lourd héritage, à défaut de le transcender, et on se contentera donc d’un Metal Gear Solid novateur simplement génial.

  • Electronic Super Joy 2

    Electronic Super Joy 2

    Mca a dit (19 Août 2019 à 20:03)

    Euh... Ouais. Là ils ont vraiment déconner sur la lisibilité du jeu. Autant le premier se tenait bien, on comprenait quand même ce qu'il se passait, autant là ça veut juste rien dire.
    Pareil pour la difficulté de certains niveaux, heureusement facultifs, mais qui sont quand même ridiculement durs au point d'être du pur par cœur, car uniquement infernaux à cause de mouvement caméra qui empêchent d'y voir quoique ce soit et mettent la tête à l'envers.

    Pas très engageant tout ça. En plus bien évidemment faut pas être allergiques à de la grosse électro qui tâche, aux bruits d'orgasmes et de prouts, et aux visuels épileptiques. :3

  • Voir plus de commentaires

Derniers jeux vidéo ajoutés

Les Sims 4 : Monde magique

Les Sims 4 : Monde magique (The Sims 4: Realm Of Magic)

Année de sortie : 2019
Ajouté par Fye le 2019-08-23 00:39:01

Les Sims 4 : Monde magique

Les Sims 4 : Monde magique (The Sims 4: Realm Of Magic)

Année de sortie : 2019
Ajouté par Fye le 2019-08-23 00:38:41

Les Sims 4 : Monde magique

Les Sims 4 : Monde magique (The Sims 4: Realm Of Magic)

Année de sortie : 2019
Ajouté par Fye le 2019-08-23 00:36:51

Les Sims 4 : Monde magique

Les Sims 4 : Monde magique (The Sims 4: Realm Of Magic)

Année de sortie : 2019
Ajouté par Fye le 2019-08-23 00:36:39

Les Sims 4: Iles paradisiaques (The Sims 4: Island Living)

Année de sortie : 2019
Ajouté par Fye le 2019-08-23 00:27:18

Vectronom

Vectronom

Année de sortie : 2019
Ajouté par Mca le 2019-08-22 01:55:53

Vectronom

Vectronom

Année de sortie : 2019
Ajouté par Mca le 2019-08-22 01:52:49

Transistor

Transistor

Année de sortie : 2018
Ajouté par Korventenn le 2019-08-21 01:19:07

Color Changing Tingle's Balloon Trip of Love

Color Changing Tingle's Balloon Trip of Love (Irodzuki Tincle no Koi no Balloon Trip )

Année de sortie : 2009
Ajouté par Loroth le 2019-08-20 15:22:38

The Quiet Man

The Quiet Man

Année de sortie : 2018
Ajouté par RaceTracK le 2019-08-20 12:54:55

En voir + Ajouter un jeu vidéo