Fiche complète
0
1
2
3
4
1
5
6
7
1
8
2
9
10
6
11
6
12
12
13
21
14
48
15
67
16
71
17
64
18
70
19
25
20
29
16,0 / 20423 votes

Détails

Date de sortie FR

28 Juin 2017

Date de sortie BE

28 Juin 2017

Date de sortie US

28 Juin 2017

Date de sortie

29 Juin 2017

Budget

50 M$

Film en 3D

Non

Synopsis

Durant dix merveilleuses années chez elle dans les montagnes de Corée du Sud, la jeune Mija a accompagné et pris soin de sa grande amie Okja, un animal imposant. Mais tout change lorsque la firme multinationale familiale Mirando Corporation s’empare d’Okja et l’emmène à New-York où la PDG Lucy Mirando, obsédée par son image et par sa promotion, a de grands projets pour l’amie la plus chère de Mija.
(Source : Allociné)

980 membres ont vu ce film

615 membres veulent voir ce film

Commentaires (30)

  • avatar DestinyRainbow
    Le 29 Juin 2017 à 04:48DestinyRainbow19 / 20

    Hé ben, qu'est-ce qu'il a pu me faire pleurer ce film... Merci

  • avatar AmazingTupperware
    Le 29 Juin 2017 à 23:46AmazingTupperware

    Tellement bien ! Et oui, très prenant aussi émotionnellement parlant..
    Le gros plaisir aussi, c'est Jake Gyllenhaal qui s'éclate dans son rôle, ça faisait un moment que je l'avais pas vu prendre son pied comme ça !

  • avatar Mikachu
    Le 30 Juin 2017 à 01:45Mikachu20 / 20

    Excellent ! J'ai vraiment beaucoup aimé ! J'ai pleuré deux fois, un petit peu au début et comme une fontaine à la fin (comme à chaque fois que je regarde une caméra cachée de L214), quand [spoiler] Mija et Okja sortent de l'abattoir et que deux parents cochons leur confient leur bébé [/spoiler].

    J'espère vraiment que ce film va ouvrir les yeux de plein de gens sur ce qu'est l'exploitation animale. Au début Mirando dit que ça fait peur, qu'il n'y a pas assez de nourriture pour trop de gens sur Terre, et on rentre dans le cycle sans fin de toujours manger +, toujours produire +, toujours tuer +. Alors que bon, y'a une solution toute simple : devenir végétalien. Et puis végane.

  • avatar Benben
    Le 30 Juin 2017 à 10:23Benben

    @Mikachu > quand tu dis " y'a une solution toute simple : devenir végétalien. Et puis végane" tu te rends compte que tu entres dans un extrême ? Et donc forcement dans une impasse. La solution, c'est simplement de consommer intelligemment... On ne devrait juste pas acheter ses merguez par pack de 40, sous vide, au supermarché et en bouffer tous les jours.

    Si tout le monde devient végan, mais qu'on continue à consommer comme des cons, on retombera dans les mêmes travers : surproduction, baisse des coûts de production donc on mangera de la merde quand même, agriculture intensive et donc mauvaise pour les sols... Plutôt que de vouloir pousser vers un truc intenable, il faut tout simplement agir en bonne conscience de l'impact que l'on a. Mangeons simple, mangeons moins, mangeons local (circuits courts).

  • avatar Marauder_1337
    Le 30 Juin 2017 à 20:01Marauder_133718 / 20

    Ce film <3

  • avatar Gooby
    Le 01 Juillet 2017 à 11:01Gooby14 / 20

    @Benben : nous produirions moins de céréales/légumes si nous arrêtions de manger de la viande, c'est le truc le plus connu hein, le ratio de végétaux utilisés pour produire de la viande est d'environ 5 pour 1.

  • avatar Mikachu
    Le 01 Juillet 2017 à 12:13Mikachu20 / 20

    @Benben c'est sûr qu'arrêter de payer pour faire souffrir les animaux, c'est très extrême :') Informe toi plutôt sur ce que dit @Gooby ; sans animaux à engraisser, on garderait toutes les récoltes pour nous et on pourrait enfin en finir avec la fin dans le monde.

  • avatar Pryest
    Le 01 Juillet 2017 à 14:49Pryest

    @Mikachu & Gooby : l'argument de Benben reste toujours valable, si on se focalise uniquement sur la production non animal mais sans changer bien d'autres aspects de fonctionnement de notre société actuel, c'est loin de résoudre par miracle les problèmes, c'est bien plus complexe.
    Admettons, les éleveurs de production de viande (et lait, œuf et autres si on va jusqu'au véganisme) arrêtent leur activité, tous les animaux dont ils s'occupaient jusque là deviennent quoi ? On en mange la plus part dans un dernier festin carnivore avant la grande reconversion ? Chaque végane accueille son lot de vache, mouton, cochon, chèvre, poule et autres et s'en occupe bénévolement devenant les garants de la conservation de ces espèces ?

    C'est certain qu'on pourrait faire bien mieux pour le bien être des animaux en général mais croire qu'il "y'a une solution toute simple : devenir végétalien. Et puis végane" ça me semble terriblement naïf de croire que ça marcherait comme un coup de baguette magique vu tout ce que cella implique.

  • avatar fake
    Le 01 Juillet 2017 à 18:49fake11 / 20

    Bon, tout d'abord j'aime beaucoup Joon-ho Bong. J'ai découvert Memories Of Murder récemment et il m'est resté dans la tête depuis, j'y pense au moins une fois par semaine et la musique, celle de la pluie, est dans une de mes playlists que j'écoute régulièrement, ce qui peut être un peu creepy si on connaît son contexte. J'ai tellement kiffé que je me gardais son autre film, The Host, de côté comme on garde un bon vin pour la bonne occasion au lieu de se jeter dessus tout de suite.

    Je partais donc plutôt confiant pour ce Okja, même si le Trailer me laisser présager une approche trop manichéenne pour un sujet déjà très manichéen. Mais mon ex était végétarienne et un de mes amis proches est Vegan donc j'ai déjà eu cette discussion et j'étais prêt à tout entendre.

    Mais je crois que rien n'aurait pu me préparer à la lourdeur absolue de ce film. Surtout pas le premier acte qui donnait l'impression de partir vers une satire amusante et mesurée. Les premières scènes sont vraiment sympas, drôle, super bien montées/découpées. Mija est parfaite, immédiatement iconique avec sa petite veste rouge, son caractère de cochon (pardon) et sa détermination. Perso réussi de A à Z. Okja est sympa aussi mais tout de suite j'ai trouvé qu'il était trop intelligent. Quand il la sauve en faisant levier avec son corps sur le tronc d'arbre là je me suis fait "ok, ce truc est donc plus intelligent qu'un singe, WTF", cette tentative d'humanisation à outrance ne m’indiquait rien de bon pour la suite. Mais le film est encore très bon donc je n’y pense pas trop, cette séquence d'action avec le levier était vachement cool et s'en suit l'arrivée de l'équipe télé, immédiatement drôle. Avec un Jake Gyllenhaall haut en couleur, pour dire ça poliment. Pour dire ça moins poliment c'est son pire rôle, il en fait des patacaisses mais en même temps, c'est un grand acteur donc il joue ce qui est écrit, et si ce qui est écrit est caricatural il va le jouer caricatural à mort. De ce point de vue là, il est parfait, comme d'hab. Ensuite on a le droit à une série de scènes de poursuite vraiment cool, avec le meilleur set-piece du film dans le super marché, encore une scène bien découpée. Cette scène se fini avec l'apparition du AFL. Ce groupe d'activiste angéliques qui ne ferait pas de mal à une mouche si cette mouche avait tué leur grand-mère à coup de saucisson. Ce groupe nous explique leur plan pour mettre fin à la cruauté impitoyable et démoniaque des grands méchants de l'industrie agro-alimentaire. Le peu de subtilité qu'il restait au film disparaît complètement à ce moment. Maintenant ça va juste être un enchaînement de scènes "satiriques" plus manichéenne et caricaturales les unes que les autres. Je mets "satirique" entre guillemets pare que la satire, quand c'est bien fait, c'est censé te montrer les deux visions du problème tout en s'en moquant. Là on ne voit qu'une vision du problème, celle des "gentils", et je trouve ça malhonnête et sans intérêt parce que le film prêche à des convertis. De là le film va exactement où on l'attend, diabolisant de plus en plus les méchants mangeurs de viande, jusqu'à une scène de viol, carrément. Car oui, le film compare l’accouplement d’animaux au viol. Alors qu'on parle d'animaux... Il n'y a pas de viol dans le monde animal parce que la notion même de consentement n'existe pas puisqu'on parle de bêtes qui n'ont pas de conscience. Un cheval accouplé à une jument ne la "viole" pas, les mecs qui les accouple n'orchestrent pas un viol, c'est tellement fou comme accusation.... Ils mettent les animaux ensemble et laisse la nature faire son truc, faut arrêter de délirer. Le film montre ça comme une scène de viol entre des êtres humains et je trouve ça écœurant. Là je me suis dit que pour aller plus bas, le film devrait comparer l'élevage industriel d'animaux aux champs de concentration mais qu'il ne pourrait pasaller jusque-là mais, qu'est-ce que je vois à la fin du film ? des milliers de cochons magiques entourés de fils barbelés et qui vont à leur mort... Wep, le film compare l'élevage de d'animaux au massacre de 7 millions d'êtres humains... Sans pression. C'est non seulement une insulte aux victimes mais ça pointe aussi du doigt toute personne qui a bouffé un burger avant de voir le film en mode "voilà ce que tu valide"....

    Bref, je comprends juste pas comment ce film peut être aussi unanimement acclamé quand je vois son contenu hautement questionnable mais surtout son manque de subtilité et de finesse total. Ça me dépasse… on est vraiment censé laisser passer la forme juste parce que le fond est bon ? Je dis non à cette zumba. Bon, maintenant, il faut que j’écrive un pavé aussi gros mais positif sur Lost City of Z, film dont tout le monde semble se foutre alors qu’il est autrement plus fin et intéressant que ce Okja balourd.

  • avatar Gooby
    Le 01 Juillet 2017 à 19:38Gooby14 / 20

    Fake :

    " cette tentative d'humanisation à outrance ne m’indiquait rien de bon pour la suite"

    Je ne pense pas qu'on se situe dans l'humanisation mais plutôt dans une relation d'animal domestique. (ce cochon GM a quand même une bouille de chien).
    Il ne faut pas oublier que la notion d'animal domestique peut grandement varier d'un pays à l'autre (la consommation du chien en Asie), cet espèce de cochon/chien/hippopotame est présenté comme une genre de synecdoque animale.

    Les personnages de l'AFL sont assez caricaturaux et loin d'être parfaits, du coup l'ensemble n'est pas si manichéen.
    K est stupide et prend l'affaire comme un jeu ; "la mission est trop cool, j'ai tous mes gadgets" etc, c'est assez éloigné du personnage engagé.
    Pareil pour l'ultra pacifisme de la bande avec ses membres limite hippies qui s'excusent toutes les 5 minutes, je pense que c'est aussi pour se moquer des associations du genre ou dénoncer leurs travers.

    Pour la question de la reproduction interprétée (à tord selon moi) comme un viol, c'est plutôt l'acte de reproduction forcée à des fins d'élevage/consommation qui s'inscrit du coup assez bien dans le sens du film.

    Peut-être qu'à force de me voir noter des films dans ta page d'accueil tu auras réalisé que j'ai un seuil de tolérance à la niaiserie très faible, j'ai trouvé Okja assez correct à ce niveau là (juste le râle groupé du troupeau à la fin qui m'a gonflé).

    Pour la comparaison de "l'élevage" d'animaux à l'holocauste, d'un point de vue antispéciste (ou pas hein), c'est la même chose.

    Pour la question de la satire unilatérale, je suis d'accord. Et effectivement le film prêche à des convertis dans la mesure ou la solution à ce problème d'élevage n'est pas présentée (et j'avoue ne pas trop savoir comment elle aurait pu être intégrée au film autrement que dans un truc simplet et récitatif, genre une parenthèse).

    J'hésitais pas mal entre 14 et 15 pour ma note, je n'ai pas pu me résoudre à mettre moins, simplement parce que le film est bon, fun, captivant, jouissif et limite d'utilité publique.
    Ceci dit, je passerai sûrement à 14 après une bonne nuit de sommeil, les choses qui m'ont gêné me reviennent petit à petit à l'esprit pendant que je sors de l'emphase de la fin du film.

  • avatar Gooby
    Le 01 Juillet 2017 à 19:40Gooby14 / 20

    Pryest :

    Un peu idiot ton argumentaire, c'est évident qu'un changement de ce genre est un choix de société qui se fait progressivement et intelligemment, il est évident que tout ne s'arrêterait pas brutalement.

  • avatar fake
    Le 01 Juillet 2017 à 20:17fake11 / 20

    "Je ne pense pas qu'on se situe dans l'humanisation mais plutôt dans une relation d'animal domestique"

    Eh, je ne connais aucun animal qui pourrait improviser un truc pareil dans le feu de l'action. La majorité des humains ne pourrait pas improviser un truc pareil. Humanisation est peut-être le mauvais mot mais clairement ils ont rendu cette bête trop intelligente juste pour qu'on s'identifie plus à elle et j'avais raison de m'attendre au pire parce qu'à la fin, dans le camp de concentration, d'autres cochons donnent leur bébé à Okja et Mija pour le sauver (parce qu’évidement ils savent qu'ils vont mourir alors qu'aucun animal n'a cette notion), faisant preuve de plus de profondeur émotionnelle que ma nièce de 10ans. Non clairement l'idée était de montrer que les animaux sont aussi "humains" que nous, ce qui n'est pas forcément une mauvaise chose à dire mais dans le contexte du film, c'est un grand non pour moi.

    "Les personnages de l'AFL sont assez caricaturaux et loin d'être parfaits, du coup l'ensemble n'est pas si manichéen."

    Entre "ces personnages angéliques ne sont pas si parfaits" et "les mangeurs de viandes sont des démons" y'a quand même une grosse différence. Quand Paul Dano tabasse Glenn de The Walking Dead je me suis dit "ah ils vont un peu nuancer ces persos, cool". Mais après Glenn revient et s'est tatoué ce que lui disait Dano pendant qu'il le tabassait, validant complètement le cassage de gueule et lui donnant entièrement raison mais, pire, Glenn essaye maintenant de se racheter auprès d'eux alors qu'ils l'ont abusé. C'est l'exacte contraire d'une critique de ces gens, c'es embrasser toute leurs actions.

    "Pour la question de la reproduction interprétée (à tord selon moi) comme un viol, c'est plutôt l'acte de reproduction forcée à des fins d'élevage/consommation qui s'inscrit du coup assez bien dans le sens du film"

    Non non, la scène est bien montrée comme une scène de viol. Y'a qu'à voir la réaction des personnages qui veulent couper le feed, qui regrettent d'avoir exécuté le plan, la meuf est effondrée, Glenn avoue à ce moment avoir menti se sentent trop coupable face à ce qu'il voit. Puis Okja est allongée par terre à bout de force avec les yeux rouges et même Guyllenhaal s'excuse pour ce qui vient de se passer. Je t'invite à revoir la scène, c'est exactement ce qu'elle décrit.

    "Pour la comparaison de "l'élevage" d'animaux à l'holocauste, d'un point de vue antispéciste (ou pas hein), c'est la même chose"

    Euh... Quoi ?


    Après, j'interdit à personne d'aimer le film, j'ai moi même passé un bon moment. Je suis juste choqué par tous ces gens qui crient au chef d'oeuvre pour un truc aussi fondamentalement lourdingue.

  • avatar Gooby
    Le 01 Juillet 2017 à 21:52Gooby14 / 20

    Effectivement ça fait beaucoup pour la scène de reproduction. Et effectivement, dans le cadre d'une intelligence strictement animale, y donner une forme de viol est erroné.
    Mais, avec cette sur-humanisation, cette scène est cohérente avec le reste du film (mais du coup stupide par rapport à la réalité).

    Il ne faut pas oublier qu'il y a une strate supplémentaire, que cet animal est issu de l'irresponsabilité humaine et de l'industrialisation (d'ailleurs le placement de produit pour apple est carrément contre-productif). Peut-être manquons-nous quelque chose.

    "Pour la comparaison de "l'élevage" d'animaux à l'holocauste, d'un point de vue antispéciste (ou pas hein), c'est la même chose"

    Faire la queue leu-leu en attendant d'être exécuté, qu'on fasse la comparaison (certes poussive) avec l'holocauste ou pas, ça reste chaud, quand même.
    Et il n'y a qu'à mettre les pieds dans un abattoir pour s'en convaincre, je pense que c'est un sujet sur lequel il ne faut absolument pas se voiler la face, quelle que soit notre position.

    Je souhaitais à tout prix éviter la conversation omnivore vs végétarien mais bon, être rallié (ou pas) à la cause du film influe évidemment pas mal sur le jugement, au delà des considérations cinématographiques.

    Même si je sais bien que tu ne parles pas de moi, personnellement je ne crie pas au chef d'oeuvre.
    J'ai pas eu la sensation de voir quelque chose d'original au delà du point de départ de l'histoire (les 26 porcelets disséminés), c'est un Babe super bien emballé grâce à un gros budget, un bon casting et une excellente réalisation.
    Il existe un paquet de films de ce type et la plupart sont classés en téléfilms pour enfants, c'est pas nouveau comme genre.

  • avatar Pryest
    Le 02 Juillet 2017 à 02:33Pryest

    @Gooby
    Alors va falloir m'expliquer à l'idiot que je suis quel est concrètement votre solution intelligente assurant l'avenir de bon nombre des espèces qu'on arrêterait d'élever pour notre alimentation. Je vois mal la majorité devenir des animaux de compagnie ou s'adapter à la vie sauvage... et ce n'est qu'une problématique parmi d'autres que pose pourtant la "solution toute simple" de Mikachu.

  • avatar Greyback-san
    Le 02 Juillet 2017 à 21:38Greyback-san15 / 20

    Approche intéressante d'un sujet peu porté au cinéma et photographie au top, néanmoins, je l'ai tout de même trouvé assez simpliste dans son propos et sa gestion des personnages (a part Gyllenhaal qui est juste lunaire !)

    Et puis tfacon la seule solution a la malnutrition de la (sur)population c'est la culture d'insectes c'est plein de protéines et yen a partout nan mais !

  • avatar hyacinthe
    Le 03 Juillet 2017 à 19:45hyacinthe17 / 20

    Je vois pas trop ce que j'ai à dire contre ce film ? Sérieux ? Je l'attendais tellement ! Une histoire drôle par moment mais très très émouvante, des acteurs au top, des messages forts ! Les acteurs sont en roues libres, s'éclatent et se donnent à fonds ! J'ai adoré ! ( Ah si mon seul hic c'est peut être le fait que je l'attendais tellement que j'ai pas eu l'effet de surprise !)

  • avatar Plumpkin
    Le 03 Juillet 2017 à 22:48Plumpkin18 / 20

    Bon ce film laisse quand même un sacré effet. Je n'ai pu retenir mes larmes sur la fin... ça fait tellement écho à toutes ces vidéos sur les abattoirs et la maltraitance animale en général que j'ai pu voir...
    Et pour ceux qui considèrent que les animaux n'ont pas de conscience ou ne ressentent rien... bah BREAKING NEWS si ils en ont ! Les animaux savent très bien ce qui les attendent à l'abattoir et ils expriment des signes de stress et d'angoisse en sentant la mort. C'est beau de se voiler la face et de trouver que le film en fait des caisses. Bizarrement moi j'ai trouvé que justement il exagérait juste assez pour mettre en lumière ce qu'on veut cacher ou ne pas voir dans notre réalité.
    C'est manichéen certes mais tout de même nuancé. Les "gentils" de ALF sont ridiculisés à de nombreuses reprises: Jay le grand pacifiste qui ne rechigne pas à tabasser son collègue (lui reprochant de renier les principes ALF, ce que lui-même fait en le frappant) ou même à lever la main sur Okja. Le vegan-ecolo de l'extrême qui se laisse mourir de faim pour limiter son impact environnemental et j'en passe...
    Du côté des méchants on a la pathétique Lucy, égocentrique et insupportable mais qui n'est au fond qu'une gamine qui cherche pour toujours l'approbation de son papa. Elle veut réussir, être reconnue, être capable et elle échoue lamentablement ce qui ruine sa vie. La vraie "méchante" n'intervient qu'à la fin du film en la personne de Nancy. On ne peut ressentir quoique ce soit à l'encontre de ce perso, tant il est froid et inhumain. Elle est mathématique, ce qui l'intéresse c'est l'argent, c'est tout. Elle incarne la société de consommation, le capitalisme. C'est ça le vrai méchant de l'histoire, pas un personnage, pas un être mais un système. C'est Nancy qui envoie Black Chalk durant cette scène vraiment terrifiante où la protestation est réprimée à grands coups de matraque (ring any bell ?)

    La scène de viol semble en avoir déranger beaucoup d'entre vous, mais oui le viol existe aussi chez les animaux... Pour moi cette scène fait écho non seulement à la reproduction forcée des animaux mais également aux inséminations artificielles pratiquées sur les vaches et les truies. Pas très naturel pour moi tout ça...

    De mon point de vue il n'y a pas d'exagération à comparer le viol animal au viol humain ou un génocide humain à un génocide animal. Parce qu'un génocide c'est l'exécution systématique et programmée d'une race, d'un peuple, d'une espèce, qu'on considère inférieur à soi-même. Les nazis qui exterminaient juifs, tziganes, homosexuels, handicapés physiques et mentaux et autres, ne les considéraient pas comme des êtres humains mais comme des animaux à l'abattoir.
    La seule différence que je vois c'est que le génocide animal ne vise pas à exterminer les animaux mais à s'en nourrir (à outrance).

    Franchement je trouve que le film a été très soft sur la scène dans l'abattoir, connaissant la réalité des faits, on aurait pu faire bien pire. Maintenant c'est difficile d'affronter les faits et je comprend qu'on puisse avoir une réaction de rejet face à ce qu'Okja veut nous montrer... Rien n'est jamais tout blanc ou tout noir, je ne prêche pas le veganisme parce que je ne pense pas que ce soit la solution (je serai plutôt de l'avis de Benben). Mais bordel il est grand temps qu'on se préoccupe de notre société et qu'on arrête de torturer et tuer les animaux comme s'ils ne comptaient pas.

    Si Okja peut faire réaliser ça aux gens alors ce sera déjà un grand pas de fait. Ce film n'est certainement pas parfait. Bien évidemment que ce n'est qu'un regard sur le sujet vaste de la condition animale et de notre société. Mais je trouve que la majeure partie de vos critiques est à côté de la plaque.
    Parce que oui que tu le veuilles ou non, quand tu manges de la viande industrielle, des œufs de poules FR2, FR3, certains produits laitiers, du foie gras etc... tu valides leur mode de production, tu valides la maltraitance animale, tu valides l'appauvrissement de la planète. Et oui ça peut perturber quand finalement on prend conscience de tout ce qu'on peut détruire en un coup de fourchette.

    ps: Il me semble que veganisme et végétalisme c'est la même chose...

  • avatar fake
    Le 04 Juillet 2017 à 01:09fake11 / 20

    De mon point de vue il n'y a pas d'exagération à comparer le viol animal au viol humain ou un génocide humain à un génocide animal. Parce qu'un génocide c'est l'exécution systématique et programmée d'une race, d'un peuple, d'une espèce, qu'on considère inférieur à soi-même. Les nazis qui exterminaient juifs, tziganes, homosexuels, handicapés physiques et mentaux et autres, ne les considéraient pas comme des êtres humains mais comme des animaux à l'abattoir.
    La seule différence que je vois c'est que le génocide animal ne vise pas à exterminer les animaux mais à s'en nourrir (à outrance).


    Donc en gros c'est même pire parce que les nazis ont au moins eu la décence de ne pas manger les juifs... Putain mais qu'est ce qu'il faut pas lire, merci Joon-ho Bong, ce film inspire vraiment des pensée seines.

  • avatar Plumpkin
    Le 04 Juillet 2017 à 13:20Plumpkin18 / 20

    Je n'ai jamais dit que c'était pire que le génocide de la seconde guerre mondiale, j'ai dit que je ne voyais pas de différence (si ce n'est l'espèce concernée, humains dans un cas, animaux dans l'autre) autre que la consommation de la viande. Je voulais dire par rapport à l'idéologie.
    Comment expliquer les horreurs des camps sinon que les gens qui y travaillaient n'avait pas conscience de l'horreur de ce qu'ils faisaient. Ils étaient si bien endoctrinés qu'ils faisaient leur travail consciencieusement. C'était tout pour eux, un travail.
    Et je ne crois pas me tromper en disant que si l'industrie de la viande se porte si bien c'est parce qu'il y a des gens dans les abattoirs qui ne font que leur travail. Et d'autres qui acceptent ou tolèrent ça.
    Sauf que dans les deux cas on tue des êtres vivants. A la chaîne, souvent avec violence et maltraitance en amont. Alors pour moi ça n'est pas si incongru de voir derrière l'industrie de la viande, le même cheminement de pensées. Les nazis se déculpabilisaient de la mort d'êtres humains en les rabaissant au rang d'animaux. Nous on tue perpétuellement des animaux parce qu'ils ne méritent pas mieux à nos yeux et qu'on a prétendument "besoin" de toute cette viande.

    En outre je ne me permettrai jamais de dire que c'est intrinsèquement la même chose, par respect bien évidemment pour les victimes. J'ai rencontré un certain nombre de survivants et visité les camps de la mort donc je pense pas être inculte sur la question à ce point là. Cependant est-ce que le fait qu'on juge le reste du règne animal inférieur à notre espèce justifie l'horreur des élevages et de l'abattage de masse ?

    J'espère que mon propos est plus clair maintenant. C'était inutile et déplacé de ta part de critiquer ma santé mentale (d'ailleurs des pensées SAINES hein, j'ai peu de pensées fleuves au final...) juste parce que tu ne prends pas en considération mon point de vue.

  • avatar Pryest
    Le 04 Juillet 2017 à 16:39Pryest

    Je comprend parfaitement qu'on puisse être choqué par le traitement des animaux dans notre société, particulièrement l'élevage pour leur viande, et que l'on milite pour que cella change.
    Par contre, allez jusqu'à parler de génocide en le mettant à un niveau d'égalité avec la Shoah exception faites de la consommation de la viande...
    "La seule différence que je vois c'est que le génocide animal ne vise pas à exterminer les animaux mais à s'en nourrir" c'est précisément pour cette raison qu'il n'est pas question ici de génocide, c'est réservé uniquement à l'élimination intentionnelle de personne (ici étendu à une espèce) en raison de leur appartenance à un groupe !
    On ne tue pas les animaux fondamentalement parce que ce sont des animaux ou une sous espèce précise, mais à des fins d'alimentation et je dirais surtout qu'on arrive à des traitements de plus en plus inadmissible motivé essentiellement par des raisons économiques.
    La comparaison entre la situation actuelle des animaux et la Shoah est loin d'être inédite et a toujours fait polémique (fr.wikipedia.org/wiki/Comparaison_entre_la_situation_actuelle_des_animaux_et_la_Shoah). Que l'on puisse poser des éléments de comparaison entre les deux situations, ça me semble débattable, autant mettre en parallèle les travailleurs des abattoirs et les nazis appliquant leur solution finale, ça me semble très borderline. Comparer l'acceptation ou la tolérance de l’abatage d'animaux pour leur viande aux tortionnaires des camps nazis... Mais WTF quoi ???

  • avatar fake
    Le 04 Juillet 2017 à 18:55fake11 / 20

    @Plumpkin: J'ai pas remis en cause ta santé mentale. Je trouve juste que la comparaison entre ces deux choses est indécente et déplacée et les termes dans lesquels tu défends cette position sont tout aussi excessifs. Si on part du principe que la vie humaine a (beaucoup) plus de valeur que la vie d'animaux sauvages, ce que tu dis (ou plutôt ce que le film dit mais que tu défends) est quand même bien corsé.

  • avatar Poneyfoncdey
    Le 10 Juillet 2017 à 12:28Poneyfoncdey13 / 20

    Le message est très beau et l'animation de Okja est superbe mais je n'ai ressenti aucun enjeu pendant le film. Pas de surprise à la fin également. Je n'ai pas retrouvé l'originalité qu'on a dans bcp de films sud coréens (sauf pour l'humour). [spoiler] J'aurai trouvé ca beaucoup plus fort que Okja meurt dans l'abattoir. Pour moi le message finale donne : "c'est mal de tuer les animaux dont on est proche mais les autres on s'en fou" [/spoiler] En plus ils ont réussi à faire mal jouer Jake Gyllenhaal et ca c'est vraiment pas bien.

  • avatar Cliffhunter
    Le 12 Juillet 2017 à 02:44Cliffhunter15 / 20

    Je vois que les débats partent très loin.
    Juste comme ça, j'ai du mal à comprendre pourquoi tout le monde ici fait une fixette sur la soi-disant comparaison avec l'holocauste dans ce film. C'est juste une interprétation de la situation : "Bonjour, nous sommes européens et dès qu'on voit une masse vivante parquée derrière des grillages électrifiées ça nous évoque les camps de concentration.". Alors, je ne suis pas dans la tête du réalisateur et je n'irai pas affirmer que la référence n'était pas volontaire, mais entre nous vu la taille et la force des bestiaux dans le film ça n'aurait pas été hyper crédible de les présenter dans une vulgaire prairie clôturée de fils barbelets...

    En ce qui concerne la scène du "viol" qui fait également débat ici, je suis d'accord sur le fait qu'il s'agit effectivement d'une scène de viol, présentée comme telle et clairement réalisée dans le but de choquer. On a le droit de la trouver superflue. Moi, je l'ai trouvée efficace. Alors, certes, Okja est surhumanisée et évidemment un animal ne va pas se sentir violé dans la mesure où il ignore le concept de "viol". Mais je pense qu'ici ce qui est dénoncé de manière peut-être trop choquante pour être claire c'est la reproduction intensive perpétrée dans certains élevages. Même si la notion de consentement n'existe pas chez les animaux (et encore, ça se discute : de nombreuses espèces ne s'encombreraient pas de parades nuptiales s'il n'y avait pas le soucis de plaire, soit de recevoir les faveurs...) les espèces animales se reproduisent selon un cycle naturel et, comme le souligne l'exemple de la parade nuptiale, le mâle et la femelle ont a l'état sauvage le temps de s'apprivoiser, d'apprendre à "se connaître". Même en captivité, généralement, on fait se rencontrer les deux membres du couple animal, on les met dans des conditions favorables à l'accouplement sans les y forcer. Ce que dénonce cette scène ce n'est pas le fait qu'on fasse s'accoupler des animaux dans le cadre de l'élevage, c'est le fait qu'on les contraigne à le faire en précipitant les choses sans tenir compte de la possibilité qu'ont les animaux dans la nature de rejeter un partenaire avec lequel ils ne veulent pas s'accoupler. Et entre nous, la pauvre Okja n'a pas eu le gabarit le plus opportun pour une première relation...

  • avatar Cliffhunter
    Le 12 Juillet 2017 à 14:37Cliffhunter15 / 20

    Difficile d'être objective quand je parle d'un film de Joon-ho Bong. J'aime le ton de ses scénarios et le regard critique qu'ils portent sur la société sans jamais à proprement parler accuser ou livrer un avis tranché. Memories of Murder, The Host et Mother sont à mes yeux des films profondément subtils, quand bien même certains comportent leur lot de défauts. Même Snowpiercer – que je ne mets pas dans le même panier en raison qu'il s'agit d'une adaptation et non d'un scénario original – invite bien plus au questionnement qu'à la condamnation. En regardant Okja, je m'attendais à rencontrer un film écologiste dans la veine de The Host, un film qui plongerait brutalement une jeune fille et son meilleur ami porcin dans la dure réalité de l'industrie alimentaire pour en pointer subtilement les abus.

    Le film déborde de bonnes intentions, à l'image de sa protagoniste. L'empathie naît très rapidement à l'égard de Mija et d'Okja. Susciter une empathie aussi forte pour un cochon relève même d'une certaine prouesse. En cause, avant tout, le regard humanisé à outrance de l'animal. Humain, oui, mais surtout familier, au même titre que le regard quotidien de votre chien ou de votre chat. Okja, l'animal familier, est également un être doté d'intelligence, une intelligence carrément exacerbée dans la fameuse scène de sauvetage où elle évite à Mija une chute fatale, mais une intelligence dont la mention n'est pas injustifiée. D'une part, il s'agit de signaler au spectateur qu'Okja comprend tout ce qui va lui arriver par la suite, tout comme d'instinct la plupart des animaux comprennent que la fin est proche quand on les emmène à l'abattoir ; ce qui pourtant n'apparaît pas comme évident au commun des mortels qui suppose simplement qu'un animal est dépourvu de conscience – mettez certaines espèces face à un miroir et on en reparlera... D'autre part, l'intelligence d'Okja rappelle que de nombreux animaux dont les facultés cérébrales devraient nous inspirer un minimum d'estime sont pris pour cible par l'industrie agro-alimentaire au même titre que des bestiaux du bas de la chaîne alimentaire : le cheval, le requin, le poulpe, et je ne parlerai même pas des folies alimentaires qui ont lieu en-dehors de nos frontières.

    Les limites du film commencent à apparaître au travers des personnages secondaires. Lucy Mirando, annoncée dès le départ comme un personnage clé, est une femme au passé familial complexe qui à bien des égards fait montre de bonnes intentions, lesquelles ne relèvent pour la plupart que du marketing. Lucy, qui incarne dans le film le haut commandent de l'industrie alimentaire, est un personnage nourri par ses propres idéaux, qui manifeste un grand besoin de reconnaissance mais qui dans une certaine mesure pense également bien faire. Il s'agit d'une personne qui vit en décalage des réalités sur lesquelles elle a un impact négatif, mais pas d'un être foncièrement mauvais. Quel dommage que son point de vue ne soit pas davantage développé et surtout qu'à aucun moment le dialogue ne soit ouvert entre elle et Mija, ou les membres du FLA.
    Les membres du FLA, quant à eux, ne peuvent pas être accusés d'être stéréotypés. La non-violence prônée sur le terrain est démentie par l'emportement de Jay dans la sphère privée. Red est sensible et fait preuve de modération. L’extrémisme de Silver qui jeûne pour limiter son impact environnemental est réfuté par ses pairs en tant que solution sur le long terme. Quant à K, il est bien plus attiré par le buzz du mouvement que par la cause animale en elle-même. Cependant, si les personnages ont leur place dans l'intrigue, leur rôle et l'ampleur qu'il prend conduisent cette dernière à adopter un point de vue unilatéral. Pire encore, la « méthode choc » que le petit groupe emploie pour révéler au monde les atrocités commises par le géant mondial de l'élevage porcin laisse complètement de côté la subtilité du point de vue de Mija et les motivations de Lucy.

    Certes, les abattoirs et les élevages intensifs comptent leur lot de sadiques dégénérés, à l'image du Dr. Johnny Wilcox, qui pour le coup a sombré dans une pâle caricature de bourreau narcissique. Sans doute un vétérinaires lambda avec une vie personnelle compliquée et emprunte de frustrations aurait-il eu plus d'impact que l'ex super-star tombé dans l'alcoolémie. La maladresse d'Okja émane principalement du fait que la maltraitance animale n'est assimilée à personne d'autre qu'à ce personnage de sadique stéréotypé, alors que dans les faits la maltraitance des chaînes d'élevage est principalement due à des travailleurs lambda qui exécutent la tâche qu'on leur confie sans se poser de question et sans considérer l'animal comme un être vivant demandeur d'attention et capable de souffrance ; des travailleurs qui pourtant ne sont pas nécessairement de mauvais humains. La vision que livre le film du laboratoire et de l'abattoir manque cruellement d'humanité, de doutes, de questionnements, de perspectives d'évolution. Le Dr. Johnny Wilcox mentionne en effet qu'en tant qu'ami des animaux il ne devrait pas commettre de tels actes, mais en même temps il n'hésite pas une seconde à faire souffrir Okja. Seul le préposé à l'euthanasie fait finalement preuve d'humanité et de relief en suspendant son travail pour regarder la photographie apportée par Mija.

    Malgré ses maladresses et le manque de perspectives qu'il esquisse, Okja demeure un film plein de beauté et porteur d'un message profond. Il est cependant difficile d'imaginer qu'une vision aussi peu nuancée de l'élevage intensif et de l'abattage à la chaîne conduise réellement à la réflexion ceux qui n'ont jusqu'alors jamais remis en cause ce mode de production. Après ce film, ceux qui achètent leurs saucisse à base de viande élevée dans on-ne-sait-quelles-conditions au fin fond des pays de l'Est par lots de 34 à « prix choc » ne changeront malheureusement probablement pas leurs habitudes de consommation. Même pas pour les beaux yeux d'Okja.

  • avatar Jess
    Le 19 Juillet 2017 à 23:08Jess20 / 20

    Excellent film, très émouvant, j'ai adoré !
    A voir, en espérant que les gens ouvriront les gens sur l'exploitation animale et les mensonges que sont prêts à nous faire gober l'agro-alimentaire pour nous faire manger ce qu'ils veulent, sans se soucier une seconde du bien-être animal ni de la santé des consommateurs.

  • avatar Spideyy
    Le 23 Juillet 2017 à 00:49Spideyy14 / 20

    En grande partie d''accord avec l'analyse de Fake.

    Je rajouterai juste que le film donne des solutions... et il n'est pas question de devenir végan. Pour ceux qui l'auront relevé, Mija et son grand-père sont fermiers, ils élèvent des animaux et chassent pour se nourrir (on les voit pêcher du poisson, élever des poules...).

    A noter aussi que le plat préféré de Mija est le... ragoût de poulet.

    Le problème, ce n'est pas de consommer de la viande (rappelons juste au passage que nous en consommons depuis des millénaires hein). Ce sont les moyens de production qu'il faut remettre en cause.

  • avatar FaceDeCraie
    Le 06 Août 2017 à 16:39FaceDeCraie15 / 20

    Exactement comme mon VDD, j'ai trouvé le film bien plus anti capitaliste qu'anti carniste. C'est tout le système qui se retrouve remis en cause, pas seulement le fait de manger de la viande.

    Mais outre ce message qui m'a bien plus, le film est bon. Les acteurs sont top, et la réalisation plaisante dans son changement de ton constant.

  • avatar LudivineM
    Le 06 Octobre 2017 à 16:27LudivineM20 / 20

    Un film émouvant qui touche à un point sensible de notre société : l'exploitation animale.

  • avatar Noemiemastri
    Le 02 Décembre 2017 à 18:58Noemiemastri19 / 20

    Un des plus beaux films que j'ai pu voir

  • avatar AliBo
    Le 08 Février 2018 à 21:02AliBo17 / 20

    Pendant 20 min je me suis demandée ce que je fichais devant ce film Coréen, puis j'ai compris l'enjeu et le décalage par l'humour burlesque, j'étais dans un espèce de cartoon? une fable? Une satire? Un conte? Bref, j'ai accroché, sortez les mouchoirs... Et vivez le changement en vous ^^ "les journalistes n'écrivent jamais sur les cochons".

Chroniques de blogueurs (0)

Des films dans le même genre

Merci à Kimysmile qui a créé cette fiche