2018

My Beautiful Boy

Beautiful Boy

Un film de Félix Van Groeningen
Ecrit par Luke Davies
Avec Steve Carell, Timothée Chalamet, Maura Tierney...

2 h 01

Drame

Etats-Unis Etats-Unis

0
1
2
3
4
5
6
1
7
8
1
9
1
10
11
3
12
5
13
6
14
9
15
18
16
16
17
10
18
6
19
1
20
1
14,9 / 2078 votes

Détails

Date de sortie FR

6 Février 2019

Date de sortie US

12 Octobre 2018

Synopsis

Pour David Sheff, la vie de son fils, Nicolas, un jeune homme billant, sportif, à l’esprit vif et cultivé, était déjà toute tracée : à ses 18 ans, Nic était promis à une prestigieuse carrière universitaire.
Mais le monde de David s’effondre lorsqu’il réalise que Nic a commencé à toucher à la drogue en secret dès ses 12 ans. De consommateur occasionnel, Nic est devenu accro à la méthamphétamine et plus rien ne semble possible pour le sortir de sa dépendance.
Réalisant que son fils et devenu avec le temps un parfait étranger, David décide de tout faire pour le sauver. Se confrontant à ses propres limites mais aussi celles de sa famille.

(Source : Allociné)

171 membres ont vu ce film

233 membres veulent voir ce film

Casting

Commentaires (1)

  • avatar thotho53
    Le 10 Janvier 2019 à 07:09thotho5313 / 20

    My Beautiful Boy est l'adaptation des mémoires Beautiful Boy : A Father's Journey Through his son's addiction de David Sheff et Tweak : Growing Up on Methamphetamines de Nic Sheff, son fils. Deux regards différents dont s'inspire Felix Van Groeningen pour aborder l'addiction d'un jeune homme accro à la méthamphétamine, au grand désespoir de son père David.
    L'histoire de David et de son fils Nic débute dans le bureau d'un professionnel : David souhaite savoir comment venir en aide à son fils. Ce père aimant est en doute, il est démunis face à l'addiction de Nic et souhaite faire le nécessaire pour le sortir de ce cercle infernal qui ronge la vie de son fils. Sans le savoir, David cherche également à se guérir. Steve Carell joue ce père dévoué et affectueux qui s'abreuve des promesses de son fils qui assène qu'il va arrêter et ne jamais plus consommer. Pourtant la maladie omniprésente ne cesse de se surprendre, atteignant même des recoins où on ne l'attendait pas : au sein d'une famille vivant dans une maison tout droit sortie d'un conte de fée. Nic, joué par Timothée Chalamet déstabilisant d'exactitude, est touché puis brisé par cette addiction avant que cette dernière ne s'empare définitivement de ses mouvements, de ses pensées, de ses émotions, de sa vie. Père et fils sont démunis face à la méth qui joue sur leurs comportements et leurs attitudes, s’incrustant dans chacune de leurs décisions. L'addiction évolue au même titre que le film. De nombreux flash-back ponctuent la première partie de l'histoire faisant manquer de profondeur à certaines scènes coupées par l'alternance passé-présent ainsi que par la bande son grinçante. Au fil de cette descente au enfer, le film gagne en profondeur et en vigueur dans son propos avec des scènes qui gagnent en longueur devenant plus poignantes et complètes.
    My beautiful boy est une histoire de cœurs cabossés, celle de moins que rien qui ne jurent que par "plus que tout", celle de tout un chacun, de votre voisin, de votre prochain. Chalamet et Carell sont stupéfiants dans leur interprétation et ils partagent avec véracité cet amour familial chamboulé par la maladie. L'un croit pouvoir s'en sortir, clamant des promesses non-tenues, démuni face à ce monde qui n'est plus le sien, à la fois trop difforme et trop plat pour les montagnes russes que lui font subir ses émotions. Le poids de son néant ne cesse de s'ajouter à celui des attentes de ses parents, qu'il s'affuble lui-même, ainsi que la tristesse que la maladie répand. Avec les drogues, personne n'est coupable, pourtant personne n'est innocent. L'autre, se vêtit d'un costume qui sied parfaitement à S.Carell qui ne sait plus comment réagir face à la situation. Il est épris de contraction. Ces personnages profondément humains sont tous affectés par cette peste qui les rongent tous d'une manière différente.

    Le "crystal met" la drogue du baron Walter White de Breaking Bad se consomme par inhalation, injection ou ingestion. Selon les chiffres du GINAL (Global Information Network About Drogs) il y a plus de 35 millions de consommateurs de méthamphétamine dans le monde dont 30% concerne des Américains. De plus 24% des consommateurs de meth ont moins de 18 ans.

    Ma critique est à retrouver sur : reglisseaupaysdesmerveilles.blogspot.com/

Equipe du film

Réalisateur

Scénariste

Chroniques de blogueurs (0)

Des films dans le même genre

Merci à NoOne qui a créé cette fiche