Films » Accueil

Invité

Informations sur les niveaux

Les niveaux sont liés à votre temps total.

NiveauTemps de visionnage :
Amateur0 à 3 jours
Débutant3 jours à 1 semaine
Professionnel1 semaine à 1 mois
Mini-geek1 à 2 mois
Geek puissance 22 à 3 mois
Geek puissance 33 à 4 mois
Geek puissance 44 à 5 mois
Geek puissance 55 à 6 mois
Geek puissance 66 à 7 mois
Geek puissance 77 à 8 mois
Geek puissance 88 à 9 mois
Geek puissance 99 à 10 mois
Geek puissance 1010 à 11 mois
Geek puissance 1111 mois à 1 an
Super Geek1 à 2 ans
Geek GodSupérieur à 2 ans
[ Niveau Ciné : Zero ] Infos

Temps de visionnage : 0 an 0 mois 0 jour(s) 0 heure(s) 0 minute(s)

Sorties de la semaine

Les 6 films les plus attendus

Derniers commentaires

  • 1:54

    16/ 20

    1:54

    thotho53 a dit (21 Août 2017 à 15:00)

    Ma critique est disponible sur mon blog : reglisseaupaysdesmerveilles.blogspot.com.ar/2017/04/154-2017-une-bombe-emotionelle.html


    Cette bombe-là n'a pas frappé Alep ni Damas. Cette bombe-là n'est pas un engin explosif. Cette bombe-là ne détruit pas pour détruire, cette bombe-là détruit pour construire, reconstruire et comprendre. Cette bombe-là est une bombe pédagogique. L'art de l'éducation réside dans ce premier long-métrage de Yan England. Cette bombe qui dure 1h40 à pour titre : 1:54.

    Yan England nous dépeint la vie de Tim, un jeune homme de 16 ans, timide, brillant et doté d'un talent sportif naturel pour l'athlétisme. Mais la pression qu’il subit le poussera jusque dans ses derniers retranchements, là où les limites humaines atteignent le point de non-retour.

    1:54 est le genre de film qui bouscule les codes. Ce film vous chahute et ne vous laisse pas indifférent. Yan England dresse un portrait réaliste de la vie d'un adolescent (l'excellent Antoine-Olivier Pilon) qui subit insultes, moqueries et menaces quotidiennement. Tim en vient à se demander : "Pourquoi ? Qu'est ce que j'ai fait pour mériter ça?". La violence est omniprésente dans le film : dans les regards, dans les gestes et dans la détresse de Tim et de son entourage. Comment Tim peut-il faire face à de telles attaques? Peut-il vraiment y faire face? Le choix ne lui semble pas être laissé... Seule réponse apportée par Tim : le dépassement de soi dans sa pratique sportive où il excelle. 1:54 est un film poli (non pas gentillet) mais Yan England a poli son œuvre à la manière d'un diamant brut. Il ne censure pas son propos et n'hésite pas à aller au bout des choses. Le film, en plus de faire passer impeccablement son message, est cinématographiquement réussi : le film est intense comme les scènes de courses, les visuels sont justes et le son est d'une puissance folle !

    Le sujet est fort ! Ce film est à voir, à partager ! Il est nécessaire de sensibiliser autant de gens à ce fléau qu'est le harcèlement scolaire. Certains professeurs gagneraient à amener leur classe dans les salles de cinéma pour aborder des thématiques encore trop présentes dans notre société.

  • Les Hommes du feu

    14/ 20

    Les Hommes du feu

    thotho53 a dit (21 Août 2017 à 14:57)

    Ma critique est disponible sur mon blog : reglisseaupaysdesmerveilles.blogspot.com.ar/2017/07/critique-les-hommes-du-feu.html

    Séance spéciale au Cinéville de Laval le mardi 28 juin. Les hommes du feu film de Pierre Jolivet était présenté en avant-première avant sa sortie prévue le 5 juillet. Pour cette occasion, les pompiers de Laval avaient investi les lieux en plaçant un de leur grand camion d'intervention en marge de l'entrée du Cinéville. Ils étaient nombreux à être présent au visionnage du film traitant de leur métier pour certains, de leur engagement citoyen pour d'autres. Avant la projection, un discours fut prononcé par le Président du Conseil Départemental Olivier Richefou, par F.Veaux, Préfet du département et par le nouveau commandant des pompiers sur le dévouement et de l'utilité de ces nombreux volontaires. Maintenant parlons cinéma, Les hommes du feu un pétard mouillé ou un feu d'artifice?


    En compagnie de mes deux pyromanes préférés, nous avons suivi le quotidien de Philippe qui dirige une caserne dans le Sud de la France. Criminels ou non, les feux estivaux se propagent à vive allure. Bérénice arrive, adjudant-chef, au même titre que Xavier un quadra aguerri. De la même manière que le feu, la tension se propage sur le terrain comme au sein de la brigade tel un embrasement.


    La scène d'introduction, à l'image du film, parle de la vie : les pompiers (les vrais) se lancent dans une course-poursuite afin d'attraper et ridiculiser des escrocs déguisés en pompiers qui abusent de la gentillesse des petites dames qui croient financer le fameux calendrier des pompiers. L'humour est omniprésent dans le long-métrage au même titre que l'amour ou encore la dureté de la vie. Les scènes sont ponctuées de moments de partages, d'engagement mais également des images d'accidents et de drames qui font froid dans le dos. Les corps ne sont pas les seuls affectés. Le feu se répercute sur la vie familiale et le quotidien des sapeurs pompiers.
    Le film flirt avec le documentaire grâce à son casting convaincant. Roschdy Zem est une nouvelle fois impeccable dans le rôle que lui attribue de nouveau Pierre Jolivet. De son côté, les visages caméras conviennent parfaitement au visage expressif d'Emilie Dequenne qui réalise encore (après Chez nous) une prestation au plus proche de la réalité qui parle au spectateur. Le casting que l'on qualifiera de secondaire est quant à lui essentiel pour diversifier les scènes et varier les ressentis du sapeur-pompier. Michaël Abiteboul (Les Revenants), Guillaume Labbé ou encore Guillaume Douat s'habillent parfaitement de l'équipement du sapeur-pompier.

    Ce film d'une heure et demi ne gagnerait rien à être plus long. Au contraire, cela le desservirait. Les nombreuses situations des pompiers sont abordées, le film risquerait de trop se répéter en vantant le mérite, la dureté et le caractère exceptionnel du métier de pompier. Dans cet artifice de joie, d'amertume, de peine, d'humour et de légèreté, Pierre Jolivet nous immerge dans la vie d'un véritable sapeur-pompier volontaire ou professionnel. La palette des défis auxquelles doivent faire face les pompiers est inscrite dans les différentes interventions. Un véritable travail de documentations et de recherches a été exercé par Jolivet lui-même et par ses équipes pour retransmettre à l'écran les conditions de vie des sapeurs-pompiers : bizutage, angoisses doutes, responsabilité et vanter aux spectateurs leur utilité et leur nécessite dans la société.

  • Naked

    14/ 20

    Naked

    Panda07 a dit (21 Août 2017 à 13:03)

    Un film très sympas qui reprend le principe du film "un jour sans fin" de Harold Ramis. Un homme va revivre quelque heure de sa vie en boucle jusqu'à qu' il arrive a évolué. Dans un jour sans fin le personnage principale doit apprendre à profiter de la vie & des personnes qui l'entourent alors que dans Naked, Rob devra apprendre une autre leçon de vie ;)
    Des personnages attachant & un bon rythme permette aux spectateurs de passer un bon moment, le scénario reste assez simple mais ça reste une bonne petite comédie américaine.

  • Valérian et la Cité des Mille Planètes (Valerian and the City of a Thousand Planets)

    10/ 20

    Valérian et la Cité des Mille Planètes (Valerian and the City of a Thousand Planets)

    Clarisse a dit (21 Août 2017 à 09:23)

    Grosse grosse déception alors que j'aurais vraiment voulu adorer ce film! Mes avis rejoignent clairement ceux postés au dessus : visuel impressionnant, mais on en attendait pas moins de Besson, le scénario de fond aurait pu être intéressant si beaucoup mieux mené et pas entrecoupé de scènes et de personnages secondaires totalement caricaturales. Ok, c'est ce que fait Besson et ça marchait plutôt bien dans le 5ème élément mais là, c'est trop trop trop.
    Mais le pire, LE PIRE, ce sont Valérian et Laureline, et c'est dommage pour un film sur Valérian et Laureline... Leurs scènes, TOUTES leurs scènes me faisaient lever les yeux au ciel tellement c'était nul, niais et stupide et je me dis mais MERDE, personne ne leur a dit, personne n'a trouvé ça complètement nul dans leur flopée de producteurs aguerris ? Alors je sais pas, peut-être que c'était sensé donné une image décalée au film de SF, dans ce cas, c'est loupé (et bon, la doublure VF n'a pas du aider...).
    C'était ma première sortie cinéma depuis trèèèèès longtemps et bien je crois que j'aurais mieux fait de rester chez moi...

  • Le Talent de mes amis

    12/ 20

    Le Talent de mes amis

    rosa61 a dit (21 Août 2017 à 08:47)

    Une plaisante comédie jouée par trois acteurs à la fraîcheur intacte. Un film parfois un peu brouillon d'où se dégage une réflexion sur le couple et l'amitié sincère. A voir.

  • Ouija : Les origines (Ouija: Origin of Evil)

    9/ 20

    Ouija : Les origines (Ouija: Origin of Evil)

    nadia8264 a dit (21 Août 2017 à 08:11)

    En effet très bien filmé, de bonnes idées , un final sans intérêt et pour ma part beaucoup de mal avec le "jeu" de E.Reaser qui, assistant à une scène atroce, affiche juste l'expression de quelqu'un qui aurait fait tomber sa tartine du mauvais côté.

  • Gangsterdam

    12/ 20

    Gangsterdam

    Pandi_Pandou a dit (21 Août 2017 à 01:04)

    C'est un bon film voir un des meilleurs que Kev est fait pour l'instant mais ça reste une généralité/ même sorte de film où l'on connaît la fin etc.. Mais à part ça j'ai bien ri !

  • 100% cachemire (The Ultimate Accessory)

    13/ 20

    100% cachemire (The Ultimate Accessory)

    Lily a dit (20 Août 2017 à 23:26)

    Vraiment pas mal surtout pour un film français. A voir une fois.

  • The Belko Experiment

    8/ 20

    The Belko Experiment

    nadia8264 a dit (20 Août 2017 à 23:05)

    Totalement pompé sur Battle Royale.
    Aucun intérêt.

  • 7 Below (Seven Below)

    8/ 20

    7 Below (Seven Below)

    ririchard a dit (20 Août 2017 à 23:03)

    Vu sous un autre titre ''étranges apparitions''.

  • Voir plus de commentaires

Derniers films ajoutés